Six étudiants de Marie-Christine Degraeve ont pris à bras-le-corps le défi proposé par les organisateurs. Samedi et dimanche, ils ont prêté voix à des écrivains venus de plusieurs coins du monde. Les tables rondes rassemblaient des auteurs nés au Liban, en Croatie, en Algérie, au Congo... «C'est un excellent exercice», affirme leur professeure de déclamation, également animatrice d'un atelier de techniques du spectacle et responsable de formation théâtrale. «Les élèves ne choisissent pas les textes, ceux-ci leur sont confiés, parfois dans l'urgence. De la littérature à la mise en espace, en scène et en voix, le chemin se construit. Il s'agit d'interpréter des pages qui sont destinées aux lecteurs. Et quand elles viennent d'autres cultures, c'est un réel enrichissement pour chacun.» Sylvie Bouchez, Yasmina Didarally, Camille Kampmann, Frederik Mesdag, Isis Petit et Florent Simon se préparent à présenter, le 4 décembre, des extraits du livre qui recevra le Prix de Littérature de la Ville de Tournai. Et ce soir-là, un récital des lauréats des autres éditions est également au programme. Marie-Christine Degraeve l'assure : «Ces six-là iraient au bout du monde pour offrir des lectures. Il leur semble essentiel de s'investir dans les activités de la Ville, ils y passent une grande part de leur temps libre.» F. L.

Nos dernières videos