article abonné offert

BALLE PELOTE PLAY-OFF D3 NATIONALE

Mont-Gauthier rit, Laneffe pleure

Loin d'être considéré comme le favori, Mont-Gauthier a admirablement géré sa double confrontation avec la jeune formation d'Isières, leader de la série B. Malmenés, samedi, sur leur ballodrome, par des Athois bien plus réguliers sur le tamis, et qui menèrent 3-6, les Rochefortois refusèrent d'abdiquer et se serrèrent les coudes pour renverser la vapeur et, ensuite, effectuer un insolent cavalier seul en seconde armure. « À la mi-temps, j'ai secoué Christophe Vander Elst, en lui disant que j'aimerais revoir le grand joueur qui a enflammé le public tout au long du championnat, indique Fred Guyot, le capitaine. Et le message est bien passé puisqu'au second acte, Christophe s'est littéralement déchaîné au grand milieu ». En devanture, on apprécia également la prestation de Jordan Jassogne, qui a intégré le groupe avec succès. « Nous l'avons préféré à Bastien Van Nuffelen, car Jordan fera partie du noyau la saison prochaine. Il se bat sur toutes les balles et, surtout, n'hésite pas à animer le groupe en permanence. Il me seconde parfaitement. Il faut aussi souligner le comportement exemplaire de Bastien Van Nuffelen, qui a encouragé l'équipe tout au long des deux luttes. Il est même revenu fêter la qualification à la buvette, dimanche. » Dimanche, à Isières, les « Marcassins » ont bien géré leur avantage, en prenant leurs hôtes à la gorge. « Sur la lancée de samedi, on a pris un superbe départ, en filant à 2-5. Christophe était intouchable. On a commencé la lutte avec le couteau entre les dents. Comme nous la veille, Isières a renversé la vapeur à 5-9, mais sur mes services, on a pu stopper leur progression et engranger les jeux qui assuraient la qualification. À signaler également l'excellente prestation de Morgan Simon au service. Il a empoché tous ses jeux. » Pour le plus grand bonheur de ses supporters, Mont-Gauthier, est d'ores et déjà assuré d'accéder à l'antichambre de l'élite. Mais désormais, les Guyot, Simon, Vander Elst, Schmit et Jassogne rêvent des écussons. « Il faudra, pour cela, se débarrasser de Coquiane ce week-end ». Une finale que Laneffe ne pourra disputer. Les Laneffois ont tout perdu, ou presque, ce week-end. « On a assisté au déficit d'une équipe qui a explosé, au propre comme au figuré, analyse Jean-François Speleers. Les dix jeux pris à Coquiane ont sonné l'hallali, puisque si nous pensions avoir réalisé un bon résultat, malgré une devanture qui a souffert, nous étions déjà condamnés à nous retrouver une équipe pour la saison prochaine. Après avoir appris que Soulier ne nous rejoindrait pas, nous avons entamé la lutte retour avec des pieds de plomb. Et, alors que nous étions sous la douche, on apprenait le départ de Julien Croisier pour Bousval, avec Vanderstraeten. Il n'est donc plus question de penser à rejoindre la nationale 2. Avec le retour de Ludovic Valentin, il nous faut encore dénicher deux frappeurs, pour épauler Manu Scaillet, Fabian Deflosse et moi-même. »


Nos dernières videos