GROUPE E: Pays-Bas Japon Samedi 13h30

Le sale boulot de Van Bommel

Le sale boulot de Van Bommel

Reporters

Dans un western, il tiendrait le rôle de la brute. Sur un terrain de foot, il est celui qui fait le « sale boulot ». Mark van Bommel, le Néerlandais que l'on aime détester, est indispensable à la réussite Oranje.

Arbitre : Hector Baldassi (ARG).
PAYS-BAS : Stekelenburg ; Van der Wiel, Heitinga, Mathijsen, Van Bronckhorst, Van Bommel, De Jong, Kuyt, Sneijder, Van der Vaart, Van Persie.
JAPON : Kawashima, Komano, Nakazawa, Tanaka, Nagatomo, Konno, Matsui, Hasebe, Endo, Okubo, Honda.

« Grande faucheuse », « teigne », voire même « sale type ». Les qualificatifs qui accompagnent le joueur de 33 ans depuis le début de sa carrière professionnelle il y a quinze ans au Fortuna Sittard ne sont pas flatteurs.

Et pourtant, cela lui plaît d'être considéré de la sorte... « Oui, je fais le sale boulot. Et alors ? Une équipe de football ne peut être constituée de onze danseuses », dit-il.

Au sein d'une formation où les esthètes sont légion (Van Persie, Sneijder, Afellay, Robben, Van der Vaart...), Van Bommel est avec Dirk Kuyt le prototype du joueur laborieux mais indispensable.

Avec son agressivité, l'influence qu'il peut avoir sur les arbitres, sa vision du jeu et sa rage de vaincre, il est, comme au Bayern Munich où son compatriote Louis van Gaal lui a octroyé un statut de leader, la clé de voûte de la maison Oranje.

Accusé par ses détracteurs de toujours « jouer à la limite », Van Bommel acquiesce : « Oui, je joue à la limite... que j'essaie de ne pas dépasser ». Il maîtrise à merveille l'art de la faute dite utile.

Joueur de caractère, au point de parfois déraper jadis, ses bras d'honneur en direction du public l'ont rendu impopulaire dans plusieurs stades - , il exprime également ses convictions hors du terrain. Il y a deux ans, il avait ainsi manqué l'Euro-2008, fâché avec le sélectionneur de l'époque, Marco van Basten, en raison de divergences tactiques.

« J'ai tenu tête à Van Basten »

« Oui, j'ai tenu tête à Van Basten. Je n'étais pas d'accord avec ses choix, comme d'autres joueurs, mais qui avaient eux décidé de ne pas contes ter ouvertement son autorité », explique l'ancien joueur du PSV Eindhoven (1999-2005) et du FC Barcelone (2005-2006).

Cet épisode n'a pas changé Van Bommel, qui s'autorise toujours de spectaculaires gueulantes sur le terrain en direction de ses équipiers, voire du sélectionneur Bert van Marwijk.

Gendre... pas idéal

Ce dernier a cependant une arme de choix pour remettre son meneur à sa place puisqu'il est son... beau-père.

Les deux hommes sont d'accord sur une chose : « bien jouer, c'est bien, remporter des trophées, c'est mieux », répète à l'envi Mark la gagne qui, à 33 ans, dispute peut-être son dernier grand tournoi.

« Je n'ai jamais eu la chance de disputer un Euro. Mais je ne sais pas si j'aurai encore la rage pour être présent en 2012 », note celui qui va entamer sa dernière année de contrat au Bayern Munich.

Nos dernières videos