Daniel Ledent, en tant que doyen de la députation provinciale, quels sont vos sentiments au lendemain des élections fédérales ?Très satisfait ! C'est magnifique. On ne s'attendait pas à une pareille progression. Nous étions partants pour décrocher un deuxième siège. Mais le cdH était très fort. Par contre, je ne voyais pas Écolo l'emporter. À ce niveau-là, je ne suis pas surpris des résultats.N'êtes-vous pas trop déçu de n'être pas allé au combat ?Non, pas du tout ! Tout cela s'est fait de manière consensuel. Et puis, je suis parti au combat. Pas pour moi, mais pour les autres, pour les candidats. Il n'y a donc pas de déception de ma part. Le choix avait été fait sur le coin de Libramont, et le choix s'est porté sur mon ami Francis Steifer, un ami de longue date. C'est d'ailleurs moi qui l'ai proposé lors de précédentes élections. Francis Steifer a réalisé un très bon score personnel comme quatrième effectif à la Chambre. Le PS progresse de plus de 6 % sur le canton de Neufchâteau.Gagner les élections, c'est une chose...Oui, mais maintenant il faut concrétiser. Et cela va être plus complexe, surtout lorsqu'on voit ce qui s'est passé au Nord du pays. Mais, comme on dit : « L'électeur a parlé ! »Comme doyen de la députation provinciale, pensez-vous que cela va changer quelque chose à la Province ?Au niveau de la Province, je ne pense pas. Par contre, le paysage provincial du PS pourrait changer. L'avenir nous dira ce qui arrivera pour Philippe Courard. S'il ne retrouve pas un poste ministériel au fédéral, il pourrait réintégrer la Région wallonne et y prendra la place de Malika Sonnet. On n'en est pas encore là.Vous ne pointez rien de particulier ?Je pense que ce sont des bons scores, équilibrés. Lorsque je regarde dans le coin de Vielsalm, je pensais que ce serait plus difficile, pour Stéphanie Heyden, échevine à Vielsalm, et 2e suppléante. Or, le PS est en progression, tandis que les trois autres partis traditionnels sont en recul. Je suis très loin d'être déçu.J.-M. De.


Nos dernières videos