VOLLEY-BALL TRANSFERT

Herman Vleminckx à Saint-Quentin

Herman Vleminckx à Saint-Quentin

© EdA

Lorsque le cl ub de Guibertin l'a remercié fin 2009, Herman Vleminckx a très vite rebondi. Dès la semaine qui a suivi son départ du club brabançon, il était engagé à Averbode en division d'honneur.

Il a conduit l'équipe dans les « play-off » : « Sans la blessure d'un central, nous pouvions envisager de disputer la finale à la place de Maaseik, signale Herman Vleminckx.

Les réactions des joueurs contrastaient avec les propos entendus à Guibertin. « Je n'ai reçu que des échos positifs de mes entraînements. André Eloi, qui va comme passeur à Maaseik, les a appréciés. » Herman Vleminckx lance ces quelques piques à l'adresse de ceux qui n'ont cessé de le dénigrer à Guibertin, tel Régis Baudin, Cristian Bartha ou encore Petr Klar.

Celui-ci avait un contrat qui courait jusqu'en fin de saison 2009-2010 à Averbode, avec une année d'option supplémentaire. « Le comité voulait que je reste. Mais, Averbode a des soucis financiers. Il veut mettre à profit la saison 2010 pour régler ces problèmes avant de redémarrer sur de bonnes bases financières. J'avais donc dit que j'acceptais de rester à condition d'avoir une équipe compétitive. Le comité ne pouvait pas me le garantir avant juin. Nous avons donc décidé, en commun accord, de profiter chacun de nos opportunités. Le club a choisi Dieter Melis comme joueur-entraîneur, de manière à limiter les frais. Je garde une attache à Averbode. J'effectuerai le scouting pour le club . »

C'est dire que l'homme est apprécié. Il gardera, pour sa tâche, une voiture du club.

Les bons résultats enregistrés à Averbode ont trouvé échos jusqu'en France. Le club de Qaint-Quentin, qui a terminé sixième dans le championnat Pro A français, cherchait un entraîneur. Il s'est alors mis en contact avec Herman Vleminckx : « Nous avons trouvé accord jeudi soir. J'entraînerai ce club la saison prochaine,0 comme professionnel. J'aurai un appartement sur place. Je ferai souvent la navette. Saint-Quentin n'est qu'à 250 km de Néthen », signale Herman Vleminckx.

Il intègre là une structure complètement professionnelle avec salle de musculation, une salle de 12 m de haut avec 2 500 places. L'entraîneur pourrait emporter avec lui Frédérico Siqueira, le central brésilien d'Averbode : « Le joueur veut continuer avec moi. Il souhaite venir à Saint-Quentin la saison prochaine »..

La vie d'un club professionnel français n'a rien à voir avec ce qu'il a connu en Belgique. « Les entraînements sont programmés deux fois par jour le lundi et le mercredi, une fois les autres jours. Lorsque l'on joue en déplacement, on prend le TGV le vendredi. On loge à l'hôtel et on est de retour le dimanche matin. »