Un Belge dans le coma depuis 23 ans était en réalité conscient

Un Belge dans le coma depuis 23 ans était en réalité conscient

Photo RTL.

Un Belge de 46 ans a passé 23 années allongé dans un lit d'hôpital dans un état qualifié de végétatif. Des analyses menées en 2006 ont montré qu'il était conscient depuis le début!


Un Belge de 46 ans a passé 23 années allongé dans un lit d'hôpital dans un état qualifié de végétatif. Des analyses menées en 2006 ont montré qu'il était conscient depuis le début. C'est l'hebdomadaire allemand Der Spiegel qui a révélé samedi ce cas, qui ne serait pas isolé, selon les recherches du docteur Steven Laureys, chercheur à l'Université de Liège (ULg).

"Je criais, mais on ne pouvait pas m'entendre". C'est par cette formule que Rom Houben résume l'incroyable épreuve qu'il a vécue 23 années durant.

En 1983, un accident de voiture plonge ce Belge de 20 ans (il en a 46 aujourd'hui) dans ce qu'on considère à l'époque comme un coma profond. Rom est paralysé, hospitalisé dans un état qualifié de végétatif.

Paralysé mais conscient

Mais il y a trois ans, de nouvelles analyses menées à l'Université de Liège par le docteur Steven Laureys ont montré que Rom Houben était en fait pleinement conscient de ce qui se passait autour de lui, bien que paralysé.

Depuis 1983, Rom Houben pouvait ainsi parfaitement entendre ce que les médecins disaient à son sujet, précise l'hebdomadaire Der Spiegel. Désormais, il peut communiquer grâce à un système informatique lui permettant d'écrire des messages sur ordinateur. En revanche, il ne devrait jamais quitter l'hôpital où il est accueilli près de Bruxelles. "Je n'oublierai jamais le jour où on a identifié mon problème. Cela a été comme une seconde naissance", a précisé le patient.

"Pas un cas isolé"

Pour le docteur Steven Laureys, le cas de Rom Houben serait loin d'être isolé. Il estime, dans une étude publiée récemment dans la revue BMC Neurology, que de nombreux patients dont on considère l'état comme végétatif seraient en fait mal diagnostiqués. "Quarante et un pour-cent des patients en état de conscience minimale sont diagnostiqués de manière erronée comme étant en état végétatif", selon les termes du communiqué publié à l'époque.

Cet événement pourrait également relancer le débat sur l'opportunité de mettre fin à la vie de personnes plongées dans le coma depuis des années et dont on estime qu'elles ne recouvriront jamais leurs facultés.

Avec Belga