Jean-Marc Collienne le Réunionnais Antenne Réunion

Jean-Marc Collienne a fait les beaux jours du 13 h sur RTL TVI. Aujourd'hui, il présente les infos à l'île de La Réunion. Comme chez lui.

Si les années lui ont donné un visage plus mûr, plus « autochtone », elles n'ont pas altéré son style et sa voix. Aux premiers mots prononcés par Jean-Marc Collienne, on est replongé près de 15 ans en arrière, à l'époque où il présentait le JT de 13 h de RTL TVI. Même sourire cordial, même présence amicale. Mais aujourd'hui, à 47 ans, c'est aux Réunionnais qu'il fait partager son expérience de journaliste et de présentateur. Sur l'unique télé privée de l'île, Antenne Réunion.

C'est avec la naissance des radios libres que ce Liégeois diplômé de l'Ihecs s'est lancé sur les ondes namuroises, à... Radio Vers l'Avenir ! D'abord comme animateur au début des années 80, puis comme journaliste. Un an de travail en Nouvelle-Calédonie dans une radio privée et c'est le retour au bercail en 1988, toujours à Radio Vers l'Avenir, rebaptisée Nostalgie. « J'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour la presse locale, car c'est quand même l'essence du journalisme », estime encore aujourd'hui Jean-Marc Collienne.

Il doit remonter 18 ans en arrière dans sa mémoire pour se rappeler comment, un jour, il a atterri au coeur de l'Océan indien. « C'est un journaliste français qui m'a contacté en 91 pour me demander de le remplacer à Radio Notre-Dame, à Paris. Lui partait à La Réunion pour mettre sur pied une télé. Je lui ai dit non pour Paris, par contre il m'a pris avec lui à La Réunion et je me suis retrouvé dans l'équipe fondatrice de la première télé privée d'Outre-Mer. » Après deux ans et demi, il est rappelé par RTL et revient en Belgique. Reporter en télé, présentateur des JP en radio (sur Bel RTL), en passant par le lancement du magazine Reporters et bien sûr la présentation du 13 h. « Je conserve là-bas de bien belles histoires. Mon plus beau reportage, c'est le portrait de Pascal Duquenne. » On sent pourtant que ce n'est pas de souvenirs dont Jean-Marc Collienne se nourrit. Mais de sa vie d'aujourd'hui, dans une île qu'il a finalement regagnée en 2000. « La nostalgie était trop forte... » Et c'est à la présentation du 19 h d'Antenne Réunion qu'il s'installe. Poste qu'il n'a plus quitté depuis, même s'il l'alterne maintenant une semaine sur deux avec du reportage et qu'il est en outre rédacteur en chef adjoint. « Je suis aussi correspondant pour TF1, avec qui on a des accords (NDLR : voir ci-contre). PPDA était très attaché à l'actualité d'Outre-Mer. J'ai donc fait beaucoup de reportages pour lui, notamment à Madagascar toute proche. »

« Je n'ai pas l'impression d'être enfermé » Avec ses 2 500 km2, La Réunion pourrait vite ressembler à une prison étriquée et dorée, surtout quand on a d'éventuelles perspectives dans des médias comme RTL ou même TF1. « Je n'ai pas du tout l'impression d'être enfermé, réplique Jean-Marc, sans se départir de son petit sourire. Je reste toujours émerveillé par la beauté de cette île et je trouve que j'ai beaucoup de chance de pouvoir faire tout ça. » N'empêche, quand sa fille aînée est repartie au pays pour ses études, c'est le coeur serré qu'avec son épouse Nathalie ils l'ont vue s'en aller. « Et c'est vrai que mes trois autres enfants, quand ils grandissent, ont envie d'aller voir si l'herbe n'est pas plus verte en Belgique. C'est normal, eux aussi ont envie d'autres horizons. Mon 2e fils l'a fait, mais il est déjà revenu... » Le métier de journaliste à La Réunion n'est pas fort différent de celui pratiqué en métropole. Jean-Marc tient d'ailleurs très fort à écarter le cliché du journalisme de cocotier. « Je m'investis beaucoup, c'est la course tous les jours. Le rythme est tout à fait identique à celui de la Belgique ! » La chaleur en plus... « Mais la différence et la grande chance, c'est que le week-end, on est en vacances. » Aujourd'hui, le présentateur est chez lui là-bas. Une courte promenade en sa compagnie au mythique marché de Saint-Pierre, au sud de l'île, finit de nous convaincre. Les Réunionnais lui sourient, lui serrent la main, lui parlent d'un sujet d'actualité. Jean-Marc, c'est le Monsieur infos de la Réunion. C'est un Réunionnais.