Le jour où l'on ira à la pompe à essence pour prendre de la graisse animale sous forme de pâte liquide n'est pas encore venu. Pourtant, ce samedi, c'est de cette manière que la première voiture au monde roulera. Et ce sera à Mouscron!

C'est à l'entreprise Electrawinds que l'on doit cette idée farfelue. Produisant de l'électricité verte grâce à de la biomasse liquide (déchets de graisse animale de catégorie 1 - qui ne peut plus être réintégré dans la chaîne alimentaire), elle s'est lancée le défi de faire fonctionner une voiture de course. « Le biodiesel commercial n'est qu'un mélange de 90 % de diesel classique et de 10 % d'huiles végétales. Le biofuel Electrawinds est quant à lui du déchet de graisses animales, 100 % biologique. Le challenge est de rouler 24 heures dans des conditions de course routière, et de parcourir au moins 1 000 kilomètres ! » indique Bruno Clemens, patron de l'entreprise hurlue.

Pour y parvenir, il a fallu adapter une ancienne voiture de course. « On a retapé une Audi A4 qui a été deux fois 2e en classe Ecotech aux 24 heures de Spa il y a dix ans. Il y a eu plusieurs difficultés pour faire fonctionner cette voiture avec de la graisse animale. La plus importante est que la graisse se gélifie à une certaine température. Si cela arrive, tous les tuyaux sont bons à mettre à la poubelle. Ils sont donc chauffés pour garder le carburant fluide. Le réservoir bio est situé dans le coffre, à l'arrière » continue, enthousiaste, M. Clemens.

Des essais ont été effectués il y a trois semaines. Ils se sont avérés plus que convaincants. « On s'est rendu compte qu'on mettait un pavé dans la mare en prouvant qu'on peut utiliser cette énergie. Évidemment, certains diront que c'est déjà le cas en nos murs. Sauf que faire fonctionner le moteur de l'usine est une application fixe et constante alors que dans la voiture, elle est mobile et variante. C'est totalement différent... » L'entreprise ne fera pas homologuer la probable réussite au Guinness Book. Mais ce sera contrôlé par un huissier !