Somalie : les Belges à la tête de l'antipiraterie ?

Somalie : les Belges à la tête de l'antipiraterie ?

Les Belges à la tête de l'opération de lutte contre la piraterie somalienne ? Possible. La frégate Louise-Marie, elle, était en escale au Kenya. Rencontres .

La Belgique pourrait-elle obtenir le commandement de l'opération Atalante, celle-là même qui, initiée par l'Union européenne, assure la protection des navires contre les pirates au large des côtes somaliennes ? C'est en tout cas le voeu bien affirmé du ministre de la défense Pieter de Crem, qui était en visite sur la frégate, en escale à Mombasa.

Quand ? « L'objectif est de décrocher le commandement durant la période où la Belgique assure la présidence de l'union européenne, dit-il. Soit à partir de juillet 2010. Ce serait bien. » Reste évidemment à convaincre les pays partenaires de l'opération Atalante, et plus particulièrement les Hollandais (qui en ont le commandement actuel) et les Français (les plus représentés dans le dispositif de protection contre la piraterie). « Nous avons évidemment de contacts, on en discute. Et jusqu'à présent, les avis sur notre proposition sont favorables. » Reste à présent à officialiser le tout sur le plan politique. Mais s'il y a le politique et le diplomatique, il faut impérativement compter sur le volet strictement militaire. Avec la question : la marine belge a-t-elle les capacités pour assumer une telle responsabilité ?

Tant du côté de la marine que chez le ministre Pieter De Crem, la réponse fuse, immédiate : c'est oui. La Belgique a d'ailleurs déjà assuré le commandement d'une force navale internationale d'importance en 2009, en l'occurrence au Liban. « Mais au Liban, c'était tout de même différent, souligne-t-on à la marine belge. Le mandat n'était pas le même, il s'agissait là de lutter contre le trafic d'armes et la zone à surveiller était aussi bien plus petite qu'en Somalie... Pour Atalante, Nous en avons les moyens et les capacités, oui. Mais cela se prépare, évidemment. Et plus tôt on sera fixé, et mieux on pourra se préparer. » Mais au-delà de la volonté d'obtenir le commandement de l'opération Atalante, les autorités souhaitent également mettre en avant la bonne coopération entre les marines belge et hollandaise. Raison pour laquelle il n'est pas impossible que le commandement soit assuré par un état-major majoritairement belge et que celui-ci soit installé sur un navire hollandais.

Quoi qu'il en soit, plusieurs pistes sont à l'étude et une proposition devrait être très prochainement soumise à la marine hollandaise. Mais bien malin celui qui, aujourd'hui, pourrait dire quelle sera l'option choisie.

Une certitude toutefois : la frégate Louise-Marie, qui sera de retour à Zeebrugge le 23 décembre prochain, croisera à nouveau le long des côtes somaliennes pour protéger le trafic maritime des adeptes du pavillon noir et ce, durant le dernier semestre 2010.

L'HISTOIRE: La belle passerelle

La frégate Louise-Marie venait à peine d'accoster au quai du port de Mombasa au Kenya quand le clark a surgi de l'arrière du hangar, avec la passerelle qui devait permettre au ministre de la défense Pieter de Crem de monter à bord pour saluer l'équipage. Mais sur son chemin, il y avait cette grue stationnée, gênant le passage. Le conducteur du clark a tout tenté pour passer l'obstacle  ; monter la passerelle, à l'aide l'élévateur, au-dessus de la grue, gesticuler mollement, tenter de passer à droite, tourner sur place, avant même d'essayer en... marche arrière (allez comprendre pourquoi...). Il faudra finalement 15 minutes, au bas mot, et bien des croassements de colère de responsables du port pour comprendre que le meilleur truc pour que la passerelle puisse passer, c'était finalement de déplacer la grue. Après ça, le conducteur du clark a «  planté  » la passerelle sur le quai, là où il fallait près de la frégate, mais un peu n'importe comment, au grand dam des marins qui ont dû jouer de l'huile de coude pour la placer correctement. Le clarkiste, lui, était déjà bien loin...

Nos dernières videos