Magnette pour la prolongation du nucléaire

Le ministre fédéral de l'Energie, Paul Magnette, propose de prolonger de dix ans la durée d'exploitation des trois plus anciennes centrales nucléaires belges, c'est-à-dire Doel 1 et 2 et Tihange 1, appelées pourtant à fermer en 2015 en vertu d'une loi de 2003. Ecolo, stupéfait, parle de forfaiture.

Il assortit toutefois cette proposition de conditions, dont une contribution financière structurelle des producteurs d'énergie nucléaire, Electrabel et SPE.

M. Magnette a reçu jeudi le rapport du GEMIX, groupe d'experts international que le gouvernement avait mis en place afin d'étudier la répartition idéale des différents types d'énergie nécessaires pour garantir l'approvisionnement du pays à l'horizon 2020-2030.

Le rapport recommande de retarder de dix ans la fermeture de Doel 1 et 2 et Tihange 1. Selon les experts, les objectifs de réduction de la consommation d'énergie et de production d'énergie renouvelable que la Belgique doit atteindre à l'horizon 2020 ne pourront compenser le déficit de production que subirait le pays s'il fermait les trois centrales. 

Réévaluation dans 10 ans

Le rapport suggère également de réévaluer la situation dans 10 ans, afin de statuer sur une nouvelle prolongation de 10 ans, et de retarder de 20 ans la fermeture des réacteurs plus récents (Doel 3 et 4, Tihange 2 et 3). Selon la loi de 2003, ils doivent fermer en 2025.

Le ministre a repris la première recommandation. "Ce report permettrait de garantir la sécurité d'approvisionnement du pays, éviterait une production importante de CO2 et permettrait de maintenir un niveau de prix protégeant le pouvoir d'achat des ménages et la compétitivité de nos entreprises", a-t-il souligné.

Il pose toutefois une série de conditions aux producteurs d'énergie nucléaire, dont l'un porte sur une contribution financière. Le ministre évoque "le prélèvement d'une part significative de la marge nucléaire, au profit du budget de l'Etat, via un mécanisme structurel". 

Il demande aussi des engagements à quatre niveaux: des prix équitables garantissant le pouvoir d'achat des ménages et la compétitivité des entreprises, des investissements massifs dans les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, des programmes de recherche et développement de nouvelles technologies dans les domaines de l'efficacité énergétique et les déchets nucléaires, le développement de l'emploi et de la formation professionnelle dans le secteur de l'énergie. 

Quant au prolongement de l'activité des autres centrales, il ne peut être question de trancher la question aujourd'hui, estime-t-il, puisqu'elles ne sont pas directement concernées par la sécurité de l'approvisionnement. 

"Une telle option s'inscrirait à contre-courant de la nécessaire transition vers une économie moins énergivore et vers un mix énergétique plus diversifié", a expliqué M. Magnette.

Ecolo stupéfait!

Ecolo se dit stupéfait devant les conclusions du groupe d'experts international GEMIX selon lesquelles fermer les premières centrales nucléaires en 2015, après 40 ans d'exploitation, reviendrait à un black out énergétique.

Selon la chef de groupe Ecolo à la Chambre Muriel Gerkens, le ministre de l'Energie Paul Magnette avait "commandé des conclusions, pas une étude". Changer la loi de sortie de la production industrielle d'électricité via le nucléaire sur des bases aussi fallacieuses "relève du sabotage, si pas de forfaiture", dit Ecolo.

Selon la députée, les chiffres démontrent qu'une fermeture de Doel 1 et 2 ainsi que de Tihange 1 d'ici 2015 peut se faire sans problème. Des projets de remplacement (énergies renouvelables, cogénération et TGV ) déjà réalisés ou déjà autorisés et en passe d'être réalisés, permettront de compenser sans souci ces fermetures, dit-elle.

Ecolo et Groen! voient dans la publication de ce rapport la volonté du gouvernement de faire passer la pilule amère de son choix de prolongation du nucléaire. 

Les Verts estiment que le gouvernement se prépare ainsi à un troc sans scrupules avec le géant énergétique français GDF-Suez: l'aumône pour réduire un peu le trou budgétaire en échange de la confirmation du monopole d'Electrabel
pour l'avenir. 

Pour Ecolo et Groen!, la récupération de la rente nucléaire ne nécessite pas la contrepartie de la prolongation: le gouvernement sait très bien qu'il est déjà possible aujourd'hui de réclamer à Electrabel une partie significative
des bénéfices indus et réalisés sur le compte du citoyen.

Le maintien du nucléaire constituerait aussi immanquablement un frein aux investissements dans le développement des énergies renouvelables en Belgique. Avec des centrales nucléaires vielles de plus de 40 ans en activité, la Belgique deviendrait du reste un véritable cobaye mondial en matière de sécurité nucléaire. On aura beau changer les accessoires des vieux "tacots", rien ne nous assure de la résistance des moteurs. Prolonger les vielles centrales, c'est faire un pari sur la sécurité des citoyens, affirme encore le communiqué des Verts.

Belga
 

Nos dernières videos