Julian, star belge en Corée

Julian a de nombreuses fans qui lui écrivent sur son blog.

Originaire d’Aywaille, Julian quitte la Belgique à 17 ans pour étudier en Corée. Il est blond et grand: LE physique idéal pour les fans. Cinéma, rap, cuisine en télé, tout lui va. Ecoutez-le parler coréen en vidéo.

+ L'interview complète de Julian
+ Julian Quintart sur la base de données cinéma coréenne
+ Le blog perso (dans le style kitsch asiatique) de Julian
+ Des photos de Julian
+ Découvrez aussi TagStory, le YouTube coréen

Un feuilleton documentaire, des apparitions en télé, une show culinaire, des rôles dans des séries et des films… En Corée du Sud, Julian Quintart, 20 ans, est une «star». «Mais attention, prévient-il, une star en Corée, c’est un touche à tout. Quelqu’un qui fait de la télé, de la musique, un peu de cinéma, des apparitions. La Corée n’a pas la même conception de la star que nous.» Un people de l’entertainment, quoi.

A la pêche aux choux

Julian quitte Aywaille et la Belgique à 17 ans. Il part étudier en Corée. «Il voulait partir au Japon, mais c’était complet, se souvient Dominique, son papa. Alors il est le premier étudiant à avoir débarqué en Corée.»

Il rencontre alors Thierry, un Français qui apparaît dans un feuilleton qui montre la Corée aux Coréens, mais par des yeux des étrangers. «Thierry me présente le producteur et j’entre dans la série.» Il cueille des choux, part à la pêche, s’engage dans l’armée ou vend des friandises. «Je me promenais dans la campagne coréenne. Je suis même allé en Corée du Nord. J’ai vu la Corée comme même les Coréens ne la connaissent pas.» Un pays calme, accueillant, loin de l’agitation de Séoul où Julian habite.

De la bouffe et des vachettes

Grand, mince et, surtout, blond ! Julian a LE physique idéal en Asie. «Un physique mignon qui ne marcherait pas en Belgique, se marre-t-il. Mais j’en profite un max.» Les groupies coréennes se prennent au jeu. Elles l’adulent. Julian devient vite une vedette. Il monte un groupe de rap avec ses collègues, puis présente une émission culinaire.

«Ça paraît ringard chez nous, mais les Coréens adorent la cuisine à la télé, explique le papa. Une équipe de télé est même venue à Aywaille pour filmer nos spécialités». «Les Coréens ont A-DO-RE, reprend le fiston. Quand ils me reconnaissent dans la rue, c’est surtout de cette émission dont ils me parlent. Je connais plusieurs producteurs qui rêvent de faire venir ma famille pour une émission. Ce serait horrible car je suis sans doute le moins talentueux de tous !» 


+ Le lien direct vers cette vidéo de Julian en action en Corée

La force de Julian dans le star-system coréen, c’est aussi sa compréhension de la langue. Il joue avec les mots. C’est un humour fondamental et très apprécié. Qui lui vaut de passer souvent en télé, dans des jeux du style «Intervilles». «Ce genre de trucs, en Europe, c’est la honte pour les stars qui se la pètent. Mais en Asie, c’est hyper bien vu. Les chanteurs deviennent connus grâce à ces jeux. J’en ai profité.» On le voit dans ce jeu où le candidat doit retrouver des mots anglais mimés par les invités. Julian y apparaît à 4'30'' et 5 '15''.

Julian revient tous les trois mois en Belgique. Pour renouveler son visa. Mais sa vie est en Corée. Il n’a pas fait d’études. «Il n’a jamais su quoi faire, soupire son papa. Nous non plus, on ne savait pas quoi faire pour lui. Aujourd’hui, il veut être star en Corée. Soit.»

(Julien RENSONNET)

Que pensez-vous de Julian? Croyez-vous qu'il pourrait être star en Europe? Ou bien estimez-vous que seul son physique atypique, doublé d'une belle connaissance de la langue, est un atout en Corée.