60.000 jeunes Wallons au chômage entre 2010 et 2013

Philippe Defeyt est assez inquiet. (photo EdA)

Plus de 60.000 jeunes Wallons âgés de 18 à 24 ans seront au chômage entre 2010 et 2013 en raison de la dégradation conjoncturelle et de l'augmentation du nombre de jeunes actifs.

Ces chiffres sont issus d'une étude réalisée par l'économiste et président du CPAS de Namur, Philippe Defeyt (Ecolo). Il y aura également plus d'étudiants.

Il ressort de cette étude, dont le rapport a été diffusé mercredi, que sur sur les 307.000 jeunes âgés de 18 à 24 ans que comptait la Wallonie l'an dernier, 54.000 étaient au chômage, 153.000 étudiaient et 98.000 travaillaient. On dénombrait aussi parmi ceux-ci 13.000 bénéficiaires du CPAS.

L'année 2008 a été "exceptionnellement favorable" en matière de chômage des jeunes, et ce notamment en raison de la bonne conjoncture économique et du retrait de plusieurs milliers de jeunes de la population active, à la suite de l'allongement des études résultant de la réforme de Bologne.

"Le nombre de jeunes chômeurs reste scandaleusement élevé", souligne toutefois M. Defeyt qui ne prévoit pas d'amélioration de la situation, bien au contraire. Le taux de chômage des jeunes remonterait ainsi à 40% en 2011.

"La dégradation conjoncturelle et l'augmentation du nombre de jeunes de 18 à 24 ans actifs font que le chômage des jeunes est appelé à augmenter pour retrouver, entre 2010 et 2013, des niveaux supérieurs à 60.000 unités en moyennes annuelles", d'après le rapport.

Doper l'insertion professionnelle

Pour lutter contre ce problème, l'économiste préconise de doper l'insertion professionnelle par des mesures plus structurantes, ambitieuses et originales.

Parmi celles-ci, le "knowlegde lift" à la suédoise, où des travailleurs actifs reprennent des études contre allocation et laissent leur place à des jeunes, l'accompagnement des jeunes diplômés dans leur recherche d'emploi, l'apprentissage dans le secteur public et associatif (métiers de la petite enfance, prise en charge des personnes âgées) ou encore la création d'une banque non lucrative pour soutenir les projets des jeunes.

"Vu l'ampleur de la tâche", M. Defeyt ajoute encore à ces mesures deux autres dispositifs: le service civil volontaire, centré sur le bénévolat, et le contrat de pluriactivité, garantissant l'accès à un ensemble varié d'activités, par exemple une formation, un statut et un revenu.

Avec Belga

Nos dernières videos