LEUZE (NAM.)

« Où est le service public ? »

Les pouvoirs publics ne prennent pas leurs responsabilités , disent les organisateurs des soirées de Leuze, documents à l'appui.

Les organisateurs des fêtes de Leuze ne manquent pas d'argumen ts pour questionner la décision des TEC, qualifiée d'unilatérale. « En cette période de prévention routière où, chaque semaine, de nouvelles statistiques démontrent que les accidents les plus mortels surviennent le week-end avec des jeunes conducteurs, nous ne comprenons pas que les pouvoirs publics ne prennent pas leur responsabilité. » Pourtant, rappellent les organisateurs, dans la déclaration de politique régionale 2004-2009, il est stipulé : « Dans le cadre de la révision des contrats de gestion avec les TEC, le Gouvernement instaurera un système de transports publics de nuit les week-ends, notamment pour desservir les lieux de sortie pour les jeunes. À cette fin, des collaborations et des partenariats public/privé pourront être envisagés ». De plus, dans le projet de déclaration de politique régionale 2009-2014, il est précisé entre autre concernant les TEC : « Le gouvernement s'engage à évaluer les expériences de bus à la demande, en ce compris Taxitec, bus de nuit et de week-end à destination des lieux de sortie des jeunes, en partenariat avec les acteurs locaux, dans une optique d'extension progressive si les résultats sont probants. Certaines de ces formules pourraient également s'appliquer à la mobilité des aînés ». « Si des partenariats sont possibles en théorie, sur le terrain, du moins nous concernant, nous ne le ressentons pas. Pourquoi ? », demandent les administrateurs du comité des fêtes de Leuze ?

Faire appel à un autocariste

De son côté, le TEC estime qu'il ne s'agit plus ici stricto sensu d'un service public. « Le comité des fêtes devrait faire appel à un autocariste, même si nous imaginons que son service sera davantage coûteux...

Nos dernières videos