Les responsables cinaciens ont tiré les enseignements d'une dernière saison décevante et ont fait appel à des jeunes du cru dans leur noyau.

La dernière campagne a, sans doute, été classée bien loin, dans le tiroir aux souvenirs du club cinacien, tant elle fut désastreuse, sur et en dehors des terrains. « Nous restions pourtant sur un très bon parcours, mais n'avons jamais su confirmer, avec un noyau manquant de complémentarité et trop souvent de hargne », rappelle Claudy Verlaine, qui boucla son chemin de croix par un sauvetage, au premier match du tour final, contre Neerpelt (3-1). « Les bons moments furent rares et la constance dans l'effort ne fut jamais d'actualité. Il fallait donc tirer les leçons. C'est ce que nous avons fait au niveau du staff, en parfaite harmonie avec les dirigeants. Il y eut douze départs pour six arrivées. Le noyau a alors été complété par cinq juniors, qui rejoignent ainsi les quatre autres auxquels nous avions déjà fait confiance l'année passée ».

Quatre garçons qui surent saisir leur chance à des moments différents, mais pas encore sur le long terme. Même si Dion (celui qu'on attendait peut-être le moins !) explosa vraiment en fin de parcours. On compte sur eux, mais ils doivent d'abord être bien encadrés par les « anciens ». Car ce n'est assurément pas à eux de tirer le navire, dans une série assez relevée. Et dans laquelle Ciney ne jouera plus à la grenouille de la célèbre fable de La Fontaine...

« Juste derrière les ténors »« Quelques équipes sont mieux armées que nous. Dans ce contexte, notre seul objectif est de vivre une saison tranquille, dans le second wagon, en visant quelques coups d'éclats », ajoute le coach cinacien, qui souhaiterait avant tout instaurer un système durable au sein du groupe. « Acquérir un style de jeu et une identité dans le foot national, c'est primordial à mes yeux. Je préfère donc travailler sur le moyen terme, plutôt que de briller une année et retomber ensuite de haut, en ne montrant plus les vraies valeurs du football. Celles sans lesquelles on ne peut progresser. L'idéal serait donc d'être rassuré dès février, afin de mieux cibler déjà la campagne suivante ». Ciney a les moyens de ses ambitions et si, dans le futur, la D3 donnerait une tout autre ouverture à ses jeunes, la locomotive doit d'abord retrouver sa compétitivité, en tournant à plein régime. En préparation, elle eut encore quelques ratés et connut même une grosse panne face à Fleurus. N'empêche, on a remarqué la bonne tenue du secteur défensif, avec un Van Aerschot ayant bien pris le relais de Fiasse. C'est en milieu de terrain que les rouages grincent encore un peu, avec trop de pertes de balles et pas assez de créativité. On attend aussi les retours de Maréchal et Verlaine, pour donner plus de consistance à une ligne offensive où Henry et Francis jouent un peu dans un registre semblable, avec les mêmes atouts.

Bref, tout doit encore se mettre en place pour les trois coups contre Wavre. Un match qu'il ne faudra pas louper... comme face à Bioul l'an dernier.

Nos dernières videos