LIGUE DES CHAMPOONS ANDERLECHT - LYON

« Après le tapis rouge, les cadeaux »

Ariel Jacobs n'y croyait plus après le match aller. Mais il s'attendait à... moins pire. Il espère que le sursaut d'orgueil, ce sera contre les Rouches.

Fin alement, c'est Claude Puel, l'entraîneur de Lyon, qui connaissait le scénario de rêve... pour les Anderlechtois : « Là, on ne les a même pas laissés espérer. Après le match aller, c'était déjà devenu très compliqué pour eux. Ou alors, il aurait fallu qu'ils parviennent à nous mettre une énorme pression d'entrée, en marquant un ou deux buts. Mais pouvaient-ils y croire ? J'ai vu que leur entraîneur a fait tourner son effectif. »

Car tout est là : si Ariel Jacobs y avait vraiment cru, il n'aurait par exemple pas laissé un Suarez sur le banc : « À l'aller, on a déroulé le tapis rouge pour Lyon . Là, on lui a offert les cadeaux qui allaient avec : les deux premiers buts. » Évidemment, certains pourront toujours affirmer que si Mazuch n'avait pas offert sur un plateau d'argent estampillé Champions League, le premier but à l'OL, Anderlecht aurait tenu. Un 0-0, alors. Pas mieux. Et surtout pas avec l'équipe alignée. L'entraîneur anderlechtois préférait d'ailleurs se retrancher derrière... le secret médical. « Lucas Biglia souffre d'une contusion au mollet. Matias Suarez, lui, avait une gêne aux abdominaux. »

Quant aux autres choix, il ne fallait pas chercher trop loin : « Davy Schollen fait partie du noyau. Il s'est retrouvé numéro 2 en juillet à cause d'une blessure. » Puis, concernant Tom De Sutter et Jan Polak, tous deux sortis en cours de match, Ariel Jacobs a laissé entendre que c'est tout simplement leur niveau actuel qui pose question. Concernant le médian tchèque, le coach bruxellois tenait à préciser que des velléités de transfert n'étaient pas en cause. « Il sait qu'il n'y a pas d'offre pour lui. Tout cela ne lui trotte pas en tête . »

À court terme, Anderlecht est désormais tourné vers le Standard. « J'espère que mes joueurs auront la même réaction que face à Zulte (Sic !).

» À moyen terme, c'est l'Europa League qui se profile à l'horizon. Dans cette compétition, « Anderlecht sera à sa place », estime donc le manager Herman Van Holsbeeck. C'est à espérer pour le Sporting qui se retrouvera dans le pot 2 du tirage, vendredi. Il pourrait rencontrer une série de « clients ». Villarreal, Brême ou Valence dans le pot 1 . Berlin, l'AEK Athènes ou Aston Villa dans le pot 3 . Et même Fulham ou Toulouse dans le pot 4 . Bonne continuation...

Nos dernières videos