Knokke: virés du resto parce que francophones?

Knokke: virés du resto parce que francophones?

Les versions du restaurateur flamand et des couples francophones divergent. (photo Reporters)

POLEMIQUE | Parce qu'ils ne commandaient pas assez vite, de "pauvres francophones" de Namur ont été mis à la porte d'un restaurant, à Knokke.

Ça ne s'invente pas : l'affaire se déroule le 21 juillet, jour de la fête nationale. Deux couples de Namurois passent du bon temps avec leurs enfants à Knokke. Ce midi-là, ils choisissent de manger chez Marie Siska, un établissement bien connu pour ses plaines de jeux et ses gaufres maison. Les hommes s'installent en terrasse avec les enfants, cependant que les épouses achèvent leur matinée de soldes.

« On commande l'apéro et on signale qu'on attend nos femmes pour manger, entame François Noël. On décide par contre de faire manger les enfants tout de suite. Je demande à utiliser un micro-ondes pour réchauffer la nourriture de mes jumeaux de 10 mois. Mon ami commande deux repas pour ses enfants de 3 et 5 ans. »

«On s'est sentis agressés»

L'apéritif et les fish-sticks arrivent. Le serveur demande aux adultes s'ils ont choisi. « On répète qu'on va manger, mais qu'on attend nos épouses, poursuit François Noël. Le serveur avait l'air excédé. » Quelques instants plus tard, le patron arrive à la table. « Il nous dit que si on veut manger, il faut commander tout de suite, raconte François Noël. Il est énervé, il nous dit qu'on lui a déjà fait le même coup la semaine passée. » Impossible : les touristes Namurois n'étaient pas dans la région la semaine précédente. « Si ce n'est pas vous, ce sont d'autres francophones, alors maintenant vous dégagez », aurait répliqué le patron en ordonnant au serveur de débarrasser la table. « On était complètement interloqués, le serveur a arraché les fish-sticks aux enfants », explique François Noël. Les épouses sont alors arrivées, sans rien comprendre à ce qui se tramait. « Le patron a répété qu'on devait dégager, que son établissement n'était pas un Resto du Coeur et qu'il ne servait pas les pauvres francophones, rapporte notre Namurois. On s'est sentis agressés, les enfants ont été traumatisés par la scène. On est rentrés directement sur Namur. »

Sur Facebook

Peu après, l'épouse de François se tourne vers internet pour partager la mésaventure : elle crée un groupe Facebook intitulé « Boycottez Marie Siska ». Une quinzaine de jours plus tard, un recommandé tombe dans la boîte aux lettres des Noël. « Le courrier nous intimait de fermer le groupe Facebook et de verser une provision pour un dommage estimé à 10 000 € qui serait réclamé en justice », indique François Noël.

Dans un souci d'apaiser la situation, les Namurois ont fermé le groupe Facebook. Ils ont mis un avocat sur le coup. Les deux épouses, plus directement visées par la lettre recommandée , ont porté plainte pour racisme et xénophobie.

L'affaire, qualifiée de « surréaliste » par François Noël, en est là. Jusqu'ici, la justice n'a pour l'heure pas été saisie.

Le patron: "Des gens de mauvaise foi"

Contacté par nos soins, Stefan Dossche, le patron du restaurant Marie Siska, donne une lecture assez différente des événements. « Ces gens sont venus trois fois, débute-t-il dans un français impeccable. On les a reconnus facilement : ils ont des jumeaux. Chaque fois, ils mobilisent une table de huit pour finalement ne faire manger que les enfants. Je suis commerçant, je ne peux pas me permettre cela, un midi, en pleine saison.»

Alors oui, le patron a fait la remarque aux clients. «J'ai dit avec ironie que je n'étais pas le Resto du coeur, que j'avais une affaire à faire tourner», admet-il. Ce qu'il conteste, c'est d'avoir stigmatisé les francophones. « On me traite de flamingant, mais s'il y a encore un Belge à Knokke, c'est bien moi, assène-t-il. Et puis quel intérêt aurais-je à critiquer les francophones? J'ai besoin d'eux pour faire vivre mon commerce. Siska est une maison sérieuse, qui existe depuis 128 ans et qui n'a jamais connu ce genre de problème.»

Stefan Dossche considère avoir eu affaire des à « gens de mauvaise foi » contre lesquels il a d'ailleurs porté plainte pour... racisme. « Ils ont insulté un de mes serveurs, belge d'origine marocaine, qui tentait de les calmer. Et ça, je ne l'accepte pas. », indique le patron. Des accusations que les Namurois réfutent fermement.

Actu24 a pris la décision de fermer le forum relatif à cet article. Nous nous refusons à publier des commentaires insultants ou racistes. Merci de votre compréhension et désolé pour ceux qui s'étaient exprimés modérément.