VU SUR INTERNET

Lapatate.be: des t-shirts pour rire de nous

Lapatate.be: des t-shirts pour rire de nous

DIAPORAMA & LIEN | Avec ses « t-shirts bien belges, une fois », LaPatate.be s'amuse de la Belgique et de ses travers. L'initiative est toute neuve et namuroise.

Un voisin qui tond sa pelouse en singlet "I Love Charleroi". Un jogger qui arbore un t-shirt Blankenberge Beach au joli décor hawaïen. Un ami qui bombe un torse barré de la mention Wanfercée-Baulet University ... Vous ne rêvez pas, vous venez juste de croiser trois parmi les premiers clients du site internet laPatate.be.

LaPatate.be : un nom délibérément niais pour un « éditeur de bien belges t-shirts, une fois » qui a vu le jour samedi dernier à Namur. Derrière ce projet dopé au second degré : Vincenzo Ruggiero et Michael Hulet, 25 et 26 ans, précisément de Thon et de Bolinne.

« Au départ, on a une agence web sur Namur, Pepper & Koffee, entame Vincenzo Ruggiero. Au quotidien, on réalise des sites d'e-commerce pour nos clients, et ça faisait un bout de temps qu'on voulait en créer un pour nous. Mais pour vendre quoi ? La bonne idée est venue voici un mois et demi lors d'un barbecue où se trouvait mon associé Michaël. Un des convives portait un t-shirt au nom d'une université américaine. Le groupe s'est mis à délirer là-dessus : et pourquoi pas des t-shirts qui vanteraient la Belgique de façon décalée ? »

Déjà en rupture de stock

Quelques heures de joyeux brainstorming ont suffi pour jeter les bases du concept, entre raillerie et attachement au pays. « Nous sommes fiers de notre pays, de sa culture, de son surréalisme et de son patrimoine et nous souhaitons promouvoir l'ensemble au travers de notre boutique », annoncent gaillardement les promoteurs sur leur site. Ironie ? « Bon, c'est clair qu'on s'empare de thèmes sulfureux comme les affaires carolo ou de personnalités un peu polémiques comme Michel Daerden, reconnaît Vincenzo Ruggiero. On assume ce côté provoc, mais l'objectif n'est pas de se moquer. » Un bon mois de travail, sur base des compétences internes, a permis de mettre le site en ligne. « C'est un projet pour déconner, mais on le concrétise de façon professionnelle, note Vincenzo Ruggiero. C'est un peu une carte de visite pour notre boîte. » Et ça marche, laPatate fait déjà son buzz sur le net. Les groupes Facebook et Twitter ont capté à eux deux plus de 1700 membres. Et trois jours après le lancement du site, les commandes commencent à affluer, se réjouit Vincenzo Ruggiero : « On est déjà en rupture de stock sur le modèle Yes We Drink. » Celui à l'effigie de Michel Daerden. Le t-shirt sera rapidement réimprimé par le sous-traitant carolo.

Chimay en tête du concours

LaPatate offre à ce stade un choix assez limité de visuels. « Mais d'autres vont arriver rapidement, on compte ajouter au moins un nouveau visuel par mois, note Vincenzo. Et pour créer la rareté, certains visuels disparaîtront au bout de quelques semaines. » Toujours pour créer de la dynamique, le site proposera des séries limitées à 100 exemplaires (le singlet I Love Charleroi ) ou des opérations interactives comme l'actuel concours « Votre ville sur un t-shirt laPatate ». Le principe : on vote pour sa ville, la gagnante aura droit à un t-shirt dans l'esprit laPatate. À l'heure d'écrire ces lignes, c'est Chimay qui tient la corde.

http://www.lapatate.be/