Usain Bolt a atteint 44,72 km/h!

(photo Belga)

Le monde de l'athlétisme avait beau un peu s'y attendre, il est resté interloqué devant les 9''58 de Usain Bolt sur 100 m. Il n'est pas près d'oublier.

Enfant hyperactif, jamais fatigué, ni pour danser, ni pour sprinter, Usain Bolt dominait déjà à 16 ans des garçons de 18 ou 19 ans sur 200 et 400 m, avec d'effarants chronos, 20''25 et 45''35. Depuis, il a continué, et bifurqué sur 100 m. Avec lui plus encore qu'avec Merckx en son temps ou Federer avant Nadal, la question est de savoir qui sera deuxième, et jusqu'où le Jamaïcain pourra aller dans sa course contre lui-même.

Pas de géant

Phénomène parmi les phénomènes, ambassadeur convaincu de sa jeune, pauvre et ensoleillée île de gangs, de reggae et de sprinters, le champion olympique et du monde n'a eu besoin que de deux ans pour faire entrer dans une autre dimension l'épreuve-reine de l'athlétisme. Le fief pourtant de monstres qui, avant lui, avaient amené le record du monde à un niveau encore considéré comme inaccessible ou inhumain à la fin du siècle dernier.

Forcément, les doutes sont au rendez-vous. Qu'un territoire aussi restreint que la Jamaïque fournisse autant de sprinters(euses) haut de gamme laisse déjà pantois, d'autant que, pour la première fois, un soupçon officiel de dopage s'est fait jour dernièrement. Même s'il ne concernait pas Bolt, on finit par s'interroger, tout en sachant bien que, s'ils prennent tous (sic), celui-là est naturellement hors du commun. Une énigme. Une révolution. C'est d'ailleurs l'explication fournie par les spécialistes à l'invraisemblable progression que lui doit le record du monde du 100 m.

On n'avait jamais vu jusqu'ici un sprinter d'1m96, avec un physique de basketteur et les mêmes qualités d'explosivité, de vélocité que ses confrères dix centimètres plus petits. Sa taille lui permet d'avaler la ligne droite avec des foulées moyennes de 2,50 m, 2,70 m pour les plus grandes. Conséquence, il ne lui faut que 40 ou 41 pas de géant pour boucler 100 m, contre 45 en moyenne pour ses rivaux. Sa vitesse de pointe a été calculée par des experts à 44,72 km/h dimanche soir. Presque aussi vite qu'à vélo !

Tyson Gay forfait

Bref, il bouscule tout en bio-mécanique, il est puissant, musclé sans en faire une montagne comme d'autres, il est décontracté, il a grandi techniquement de manière harmonieuse, et on nous assure que ce n'est pas fini. Dans dix ans aura-t-on quatre ou cinq gabarits comme le sien en finale du 100 m ?« D'habitude, les gars avec son profil se destinent au 200 ou au 400 m, confirme l'organisateur du Van Damme Wilfried Meert, bluffé. D'habitude aussi, on bat ce record d'un ou deux centièmes, ici c'est plus d'un dixième. Improbable. Et il n'y a que 2,5 ans qu'il court le 100 m ! Surtout après dimanche, sa marge paraît plus grande sur 200. Il a été compétitif jeune, reste à voir comment il peut encore devenir physiquement plus fort, et où il ira chercher la motivation, car, là, il va gagner beaucoup d'argent. » On évoque 4 millions € de revenus cette année... loin de ce que gagnent les big stars d'autres sports. Mais comme il aime le show, parfois trop, cela peut s'accélérer là aussi. La revanche annoncée Bolt-Gay vient de boost er l'affiche du Mémorial Van Damme, même si son issue ne fait guère de doute et si... elle a peut-être du plomb dans l'aile. L'Américain, qui a réalisé la meilleure course de sa vie dimanche ne l'oublions pas, se plaint en effet des ischios au point de déclarer forfait pour les séries du 200 m ce matin. 200 où l'on attend Bolt-le modeste en surclassement sur sa distance de prédilection. Marie-Jo Perec, qui avait déjà prédit 9''58, annonce à présent 19''10. Le record mondial et pékinois d'Usain est à... 19''30, rappelons-le.