CHAMPIONNATS DU MONDE

Usain Bolt: "Je peux courir en 9.40"

Usain Bolt: "Je peux courir en 9.40"

9.58! Une amélioration de 0.11 par rapport au précédent record. Du jamais vu! (photo Belga)

REACTION | Bolt l'éclair a encore frappé! Très attendu après ses exploits olympiques, le Jamaïcain a répondu présent à Berlin avec un incroyable record.

Trois courses, trois titres, trois records du monde il y a un an à Pékin: Usain Bolt était annoncé comme la grande attraction des championnats du monde. Lui qui avait terminé le 100 m olympique en "roue libre" signant malgré tout un formidable 9.69 allait-il pouvoir récidiver lors des Mondiaux et encore améliorer sa marque? Pour l'avoir vu trottiner en fin d'hectomètre en Chine, on n'en doutait guère. D'autant que le Jamaïcain se disait très motivé: "Ces Championnats du monde sont très importants pour moi, car je n'ai pour l'instant aucun titre mondial à mon palmarès. On attend plus de moi ici encore qu'à Pékin, c'est vrai, mais je suis prêt et je veux donner le meilleur de moi-même. Je sais ce que j'ai accompli lors des JO-2008, je sais que cela me donne beaucoup de responsabilités et j'ai travaillé dur pour faire encore mieux. Je ne suis pas invincible, mais je n'ai aucun problème : je suis en forme et j'ai des fourmis dans les jambes." La preuve dimanche soir.

Il semble se jouer des limites humaines

S'il n'y avait pas déjà été depuis Pékin, on dirait qu'Usain Bolt est entré dans la légende, hier, là-même où 73 ans plus tôt Jesse Owens avait lui aussi marqué l'Histoire.

Au terme d'une course limpide il a pris un bon départ. En tête dès les 30 m, il n'a quasiment jamais relâché son effort, se contentant de jeter un oeil sur le chronomètre officiel au moment de franchir la ligne, Bolt a devancé son rival Tyson Gay, auteur d'un nouveau record des Etats-Unis (9.71) et son compatriote et ami Asafa Powell (9.84).  Le Britannique Dwain Chambers, seul Européen de la course s'est classé 6e (10.00).

"Moi une légende? Je me dirige vers ça mais en deux ans, je ne peux encore l'être", a réagi Bolt. "Je savais que les autres étaient prêts et que je devais faire le travail. Meilleur sprinteur de l'histoire? Je ne sais pas. C'est aux gens, aux fans de décider. Je sais que je peux courir en 9 sec 40. Je pense que je m'arrêterai à ce chrono. Mon but, ce n'était pas le record, mais la victoire. Je savais que ce serait dur."

"La foule m'a donné beaucoup d'énergie"

"Je pensais bien qu'il était possible de descendre en dessous des 9,6 secondes. C'était un objectif extraordinaire et je l'ai réalisé. Je suis très heureux. La foule m'a donné beaucoup d'énergie", a confié Bolt après son exploit, aux frontières de ce que la science a fixées pour un être humain (autour de 9.50).

Bolt continue ainsi un parcours unique. Il succède à Gay, triple champion du monde en 2007 à Osaka comme il pourrait bien le faire encore sur le 200 m et le relais 4x100 m.

Il y a quelques jours, en évoquant le 100 m de Berlin, Gay avait estimé que le vainqueur de cette course pourrait être considéré comme le plus grand sprinteur de l'histoire. L'Américain, qui possédait le meilleur chrono de la saison, avec un 9.77, réussi en juillet (alors que Bolt ne faisait pas mieux que 9.79) a été aux premières loges pour voir « l'éclair » parapher son oeuvre.

Déjà lors des trois premiers tours, le Jamaïcain de bientôt 23 ans, avait déjà montré une aisance et une supériorité presque insolentes. Terminant son 1/4 de finale en échangeant des sourires avec son partenaire d'entraînement le coureur d'Antigua Daniel Bailey. En finale, il n'a plus ri. Juste couru. Vite. Très vite.