La première pierre du pavillon belge sera posée aujourd'hui. 5 250 m 2 pour promouvoir la Belgique et l'Union Européenne.

Un pa villon ludique, sobre et énigmatique pour représenter la Belgique lors de l'exposition universelle de Shanghai en 2010. Conçu autour d'une oeuvre centrale, un neurone créé par l'architecte belge Christine Conix, le bâtiment sera entièrement réalisé en matériaux recyclables. À l'avant du pavillon, un jardin conçu par le paysagiste Jean Noël Cappart invite le visiteur à la flânerie. Une fois passé le jardin, une façade en verre apparaît par laquelle on peut voir l'oeuvre de Christine Conix. Cette dernière sera intégrée dans un jeu de lumières visible lors de l'exposition.

Un restaurant et un Belgian Beer Café seront aussi présents au premier étage du pavillon pour faire découvrir nos spécialités. Un espace sera consacré à la Commission Européenne, dont la Belgique assurera la présidence à partir de juillet 2010 et un autre exposera la Belgique et ses régions.

Développer le tourisme Faire découvrir la Belgique à des Chinois qui ne connaissent que Bruxelles, capitale de l'Europe, est aussi un des buts avoué par Marie Noëlle Higny, directrice de la cellule du ministère de l'économie accompagnant les expositions universelles. Avec 70 millions de visiteurs attendus, l'exposition universelle de Shanghai est une bonne vitrine pour faire découvrir notre pays et ses différents attraits touristiques. Une semaine spéciale sera donc consacrée à chaque Région ainsi qu'à chaque province belge. Le but ? Montrer aux visiteurs chinois qu'il n'y a pas que Bruxelles en Belgique.

Une opportunité pour les entreprises

La présence belge lors de l'exposition universelle doit aussi permettre aux entreprises de faire connaître leur capacité d'innovation, surtout dans le domaine du développement durable, thème principal de Shanghai 2010. Le pavillon, construit conjointement par un groupe belge et un groupe chinois et entièrement conçu par des entreprises belges, est une bonne vitrine de l'avancée technologique belge en matière de matériaux recyclables et renouvelables. Par exemple, le prototype d'avion solaire Solvay sera montré au public lors de l'exposition. Cela devrait permettre aussi d'attirer des entreprises chinoises en Belgique. C'est en tout cas ce qu'espère Marie Noëlle Higny.

La première pierre du bâtiment sera posée aujourd'hui. D'un coût total de 14 millions d'euros, il sera financé à hauteur de 10 millions d'euros par l'État Fédéral, les Régions et les Communautés, le reste venant d'entreprises privées. L'exposition universelle débutera le 1er mai 2010.