BASKET-BALL

Pepinster mise sur la polyvalence

Vainqueur à Ninane (88-96), Pepinster s'annonce comme une équipe polyvalente, sans réel meneur et sans véritable centre.

Premier test, premier succès. Verviers-Pepinster n'a pas manqué le rendez-vous qui le menait sur les hauteurs de Chaudfontaine, face à la formation de Ninane drivée par l'ex-Pepin Pascal Mossay.

Pourtant, le groupe pepin est loin d'être au grand complet. Il alignait de surcroît des «pigistes» d'un jour comme Dimitri Jorssen en attente d'un contrat en Grèce et comme Poppe, un poste 4 en provenance de Gilly. Il alignait aussi Gerben Van Dorpe dont on sait qu'il ne fera pas de vieux os en terre verviétoise.

Dans ces conditions, tous les regards étaient tournés vers le petit nouveau, Jamar Wilson, le seul renfort ayant rejoint le noyau pepin. «Il a joué assez peu. Quinze minutes en tout, expliquait le manager Michel Baiverlin. Histoire de le préserver de soucis éventuels dus au décalage horaire. De plus, il n'avait qu'une demi-heure d'entraînement dans les jambes. Fort peu, donc.» Malgré cela, la bande à Skelin domina de la tête et des épaules une formation liégeoise qui profita du manque de préparation de son hôte pour réduire l'addition en fin de partie.

Lee aujourd'hui, trois autres renforts dès lundi

Ce vendredi matin, Charles Lee débarque à Pepinster. Le deuxième renfort US sera rapidement suivi de trois compatriotes.

«Josiah James devrait être incessamment des nôtres. Son contrat est en passe de nous revenir. Comme celui de deux autres renforts, un poste 3 et un poste 4.» Soit pas mal de joueurs au même profil? «Si l'on veut, ajoute Michel Baiverlin, mais nous pallions ainsi à d'éventuelles blessures qui surviendraient au fil du championnat. Nous n'aurons pas besoin de trouver un pigiste, les solutions étant déjà à notre disposition.»

Aucun nom n'est cité tant que les contrats ne sont pas revenus. Seules certitudes, le n°3 est un pur 3 et un numéro 5 devra encore être «signé». De quoi nous éclairer sur l'ossature de la future équipe. Seul meneur spécifique, Geoffrey Hockins devra mériter la confiance du coach qui usera de Jamar Wilson comme solution première malgré son pedigree de combo guard. Au poste 2, trois possibilités s'offrent à Ivica Skelin: Charles Lee, Aleksandar Zecevic et Nathan Hervelle. Au poste 3, un ailier américain pur jus qui trouvera de la concurrence en Lee, Zecevic voire James. Au poste 4, un autre joueur américain outre Josiah James et Maxime de Zeeuw.

Enfin, au poste 5, le club attend là aussi un élément d'outre-Atlantique. «Un vrai costaud, mais il faudra encore un peu patienter», conclut Michel Baiverlin qui partage avec le coach Skelin la même impatience de rassembler tout ce petit monde sur le parquet du Paire.

PEPINSTER: Van Dorpe 8, Wilson 11, Hockins 14, Hervelle 11, Hulsen 7, Baeri 0, Jorssen 13, Zecevic 22, Poppe 10.

Ce samedi à 19h au Paire, Verviers-Pepinster accueille Reims, une formation française de ProB.