L'autopsie pratiquée lundi soir à la suite de la découverte des corps calcinés d'une jeune femme et de son enfant, dans une voiture le long du canal de Maubray à Péronnes (Antoing), a livré ses tristes résultats...

Le garçon était vivant lorsque sa maman a bouté le feu à sa voiture, selon le parquet de Tournai.

Agée de 34 ans, Sandra Spriet a entraîné dans la mort son fils Antoine Carbonnelle, qui avait fêté ses 3 ans en décembre 2006. La thèse du suicide ne fait aucun doute. Dans la maison qu'elle occupait à Vaulx (Tournai), Sandra Spriet avait laissé une lettre annonçant l'intention de mettre fin à ses jours.

Lundi soir, une autopsie des corps des deux victimes a été pratiquée par un médecin légiste de Tournai. La question essentielle était de savoir si le petit Antoine avait été drogué ou assassiné d'une quelconque manière avant que sa maman ne boute le feu à la voiture. Il ressort des analyses que l'enfant était encore vivant à ce moment. (Belga)