TOURNAI

Michael Jackson était fan de Martine

Michael Jackson était fan de Martine

(Montage EdA-Reuters)

Marcel Marlier, papa de « Martine », a rencontré plusieurs fois Michael Jackson. Le chanteur était un grand fan des dessins de l'artiste tournaisien.

«On a appris le décès de Michael Jackson à 3 heures ce matin en écoutant la radio » indique le couple Marlier. Une heure tardive car le papa de Martine s'active à terminer le dernier album de son héroïne de papier tandis que son épouse est insomniaque.

La disparition de « Bambi » a provoqué l'émoi dans la famille. Le chanteur l'avait approché il y a près de vingt ans déjà, alors qu'il était au sommet.

Michael les reçoit à l'hôtel... « Michael Jackson a découvert Martine sur un puzzle Ravensburger en Allemagne alors qu'il y était en concert. Il a contacté la société qui a appelé l'agent s'occupant du merchandising Martine. Ce dernier a communiqué nos cordonnées. C'est ainsi qu'on a reçu un jour un coup de téléphone de Michael Jackson. Notre agent nous avait prévenus de l'appel qui allait arriver. Il a bien fait car nous ne connaissions pas ce chanteur. Ce n'était pas le style de musique qu'écoutait notre fils... Il voulait absolument nous rencontrer car il était en admiration devant les dessins de Martine » indiquent les Marlier. C'est ainsi qu'une première rencontre se déroule à l'hôtel Plaza Athénée de Paris. « Il avait loué un salon privé pour nous recevoir. Il est arrivé, il nous a embrassés sans son masque alors qu'il ne nous connaissait pas. L'occasion de se rendre compte que les journalistes racontaient n'importe quoi sur sa peur des microbes, qu'il ne voulait parler à personne... »

Une offre mirobolante pour tous les originaux !

Une discussion avec « The king of pop » à laquelle le couple tournaisien devra tenir tête ! « Il voulait qu'on lui vende tous nos originaux ! Je n'ose pas vous dire combien mais il nous a fait une offre mirobolante à une époque où il était en pleine gloire. Comme nous ne sommes pas des gens d'argent, on n'a pas cédé. Néanmoins, ce premier contact fut affectueux. On avait ramené des originaux pour lui montrer. Il sautait partout de joie, comme sur scène. Il embrassait et touchait les dessins. Il disait que j'étais habité par Dieu pour faire un travail pareil ! »

« On lui a proposé de venir chez nous une semaine »

La rencontre fut aussi l'occasion de déceler l'homme-enfant qui l'habitait. « On a pu voir que cet homme-là vivait dans un monde artificiel. Depuis son enfance, il n'avait jamais connu la vraie vie. On lui a dit de venir chez nous incognito durant huit jours pour se rendre compte de ce qu'est une famille normale. Il nous faisait pitié car, même s'il a apporté beaucoup au music-hall, au fond de lui, il n'était pas heureux » continuent Marcel et Marie-Augustine qui rencontreront l'artiste à plusieurs reprises en Europe. Le dessinateur offrira notamment une esquisse crayonnée de Michael Jackson à lui-même ! « Un jour, il nous a téléphoné en pleine nuit - décalage horaire oblige - car il avait écrit une histoire et souhaitait que mon mari l'illustre. Notre fils Jean-Louis est allé aux États-Unis pour discuter... » Finalement, M. Marlier refusera la proposition. « C'était l'obligation de devoir vivre plusieurs mois là-bas. » Le sentiment de la famille Marlier à l'annonce de la nouvelle apprise cette nuit n'est pas forcément celle qu'on imagine. « On garde le souvenir d'un grand enfant pas heureux car il ne savait pas ce qu'était la vie. C'était un homme plein de douceur et d'humanité. Beaucoup ont tapé dessus et, maintenant qu'il est mort, le monde entier lui fait des louanges. On est triste mais on sait qu'il est délivré...»

+ Prolongez l'info dans Le Courrier de ce samedi