EUROPE

Le MR en tête pour les élections européennes

Le MR en tête pour les élections européennes

(photo Belga)

SONDAGE EXCLUSIF | Les ambitions de Louis Michel en sortiront confortées : le MR sort nettement en tête pour l'élection européenne d'après notre sondage.

Les enjeux européens ont été assez largement absents de la campagne électorale qui s’achève cette semaine : le phénomène n’est pas propre à la Belgique ; il se manifeste dans l’ensemble des États-membres de l’Union Européenne, même dans ceux où aucun scrutin national ou régional ne peut occulter le débat.

Cette élection européenne n’en revêt pas moins un aspect intéressant dans notre pays, puisqu’elle se joue à l’échelle des groupes linguistiques : pour les responsables politiques, faute d’hypothétique circonscription fédérale, c’est l’occasion de mesurer leur popularité au plus haut niveau possible.

D’où la présence, côté flamand, des anciens Premiers ministres Guy Verhofstadt (Open VLD) et Jean-Luc Dehaene (CD&V) sur les listes, tandis qu’en Belgique francophone, le commissaire européen sortant, Louis Michel (MR) affronte notamment la coprésidente d’Écolo, Isabelle Durant, avec des ambitions affirmées (cf. nos éditions de samedi) par exemple au niveau de la présidence du gouvernement wallon.

Cliquez ici pour les résultats en image

28,7 % pour le MR

Ces ambitions devraient être confortées, au vu des résultats de notre sondage : avec 28,7 % des suffrages, la liste MR devrait sortir assez nettement en tête du côté francophone, devant Écolo et le PS, à égalité autour de 24 %, et le cdH en retrait, stabilisé à quelque 15 %.

La lutte sera donc âpre pour la deuxième place, entre les listes écolo et socialiste. Mais cette empoignade recouvre deux trajectoires tout à fait différentes : la liste emmenée par la coprésidente sortante des « Verts » Isabelle Durant devrait multiplier par deux et demi son score européen de 2004, et confirmer ainsi la tendance enregistrée au niveau régional.

Même constat, mais en sens inverse pour le PS : ses 24,2 % annoncés traduisent la perte de sa première place d’il y a cinq ans, en même temps que celle d’un tiers de son électorat. L’impact des « affaires » ? Peut-être, mais l’impopularité (cf. ci-dessous) de la tête de liste, le ministre wallon de l’Économie, Jean-Claude Marcourt, a de quoi ébahir.

C’est, sans guère de surprise, d’abord en Brabant Wallon, fief de la famille Michel, que le MR devrait construire l’essentiel de son succès électoral : il y est crédité de 38,1 % des intentions de vote, plus du double du PS (16,9 %) et près du quadruple du cdH (11,3 %).

Le PS conserve la province de Liège

Dans l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde, la liste libérale décrocherait 35 % des suffrages, dont une bonne part, sans doute, grâce au FDF : Damien Thiéry, le bourgmestre non-nommé de Linkebeek y figure, au même titre, à la dernière suppléance, que Bernard Clerfayt, secrétaire d’État, adjoint au ministre des Finances.

Le PS, lui aussi, conserve ses places fortes : la province de Liège, où 31,1 % des voix lui sont annoncées, et aussi celle du Hainaut, où, pourtant, il n’émerge que d’une courte tête devant le MR (28,9 contre 26,7 %).

Le cdH conserve, lui, le leadership (26,5 %) en province de Luxembourg, mais avec le MR (25,6 %) et Écolo (22,4 %) sur les talons.

Succès pour Ecolo

Et les Verts, précisément ? C’est aussi à BHV (30,3 %) et en Brabant Wallon (29 %) qu’ils construisent l’essentiel de leur succès, tandis qu’ils approchent les 25 % en provinces de Liège (23 %) et de Namur (24 %), une province où ils disputeront le leadership à la fois au MR (25,4 %) et au PS (25 %).

Le Front national s'effondre

Dernier constat, effectué sur ces intentions de vote au scrutin européen : le Front National s’effondre (3,8 % contre 7,5 en 2004) : là aussi, la tendance confirme les prévisions enregistrées tant dans les diverses circonscriptions wallonnes qu’en Région bruxelloise. La démocratie n’en souffrira pas …

Ce sondage a été effectué par téléphone du 29 avril au 27 mai 2009, sur un échantillon strictement représentatif des électeurs des circonscriptions électorales de Bruxelles-Hal-Vilvorde et de la Wallonie. Soit un total de 8110 personnes sondées. La marge d'erreur maximale est de 1,1%, la minimale de 0,7%.

Les enquêtes ont été réparties dans les différentes communes qui composent ces circonscriptions au prorata de la répartition de la population des électeurs sur ces cantons.

La sélection des répondants a été réalisée aléatoirement dans les annuaires téléphoniques, dans le respect de quotas sur les principaux critères sociodémographiques (répartition géographique sur les cantons qui composent la circonscription, sexe, âge, langue, actifs/non-actifs). Il a été tenu compte, lors du recrutement, des personnes qui ne disposent plus que d’un téléphone portable: 16 % des enquêtes ont été réalisées sur des numéros de téléphones portables. 68 % des personnes sollicitées ont accepté de répondre aux questions des enquêteurs.

+ Cliquez ici pour d'autres observations en image

+ Ce sondage fait partie d'une série de sondages sur la Wallonie, Bruxelles et la Communauté française. Il a été réalisé par l'institut Dedicated Research à notre demande (actu24.be, lemegaphone.be, les journaux L'Avenir, Le Jour, Le Courrier) et celle de la RTBF.

+ Réagissez sur lemegaphone.be