Des féministes enlèvent le haut dans une piscine du centre de Paris

Des féministes enlèvent le haut dans une piscine du centre de Paris

Des militantes féministes se sont mises seins nus mercredi soir à la piscine Suzanne Berlioux, à Paris, afin de "dénoncer la différence de traitement entre hommes et femmes". Durée: 1mn19

Une dizaine de militantes féministes se sont mises torse nu mercredi soir dans une piscine du centre de Paris, sous le regard éberlué des nageurs, afin de "dénoncer la différence de traitement entre hommes et femmes".

Les jeunes femmes d'une trentaine d'années, qui se font appeler "les Tumultueuses", sont arrivées vers 20 heures à la piscine Suzanne Berlioux, dans le forum des Halles. Elles ont retiré le haut de leur maillot de bain et se sont ainsi baignées et promenées au bord du bassin une quinzaine de minutes, a constaté une journaliste de l'AFP.

"C'est une action pour dénoncer la différence de traitement entre hommes et femmes, le corps des femmes étant systématiquement considéré comme plus sexuel que celui des hommes, et soumis à des normes de beauté", a expliqué Natacha, une militante de ce groupe, qui n'a pas souhaité donner son nom.

Elles ont distribué des tracts intitulés "Mon corps si je veux, quand je veux, tel qu'il est". "Torse nu à la piscine parce que nous ne voulons plus nous faire contrôler!", indique ce tract, selon lequel, "Il faut être belle (féminine et hétérosexuelle) et malheur à celles qui ont l'audace de montrer un corps gros, ridé ou poilu".

Les nageurs ont majoritairement réagi avec le sourire. Une jeune femme a estimé cette action de "drôle et juste". Une autre, cependant, était dérangée par le fait qu'"on lui impose cette nudité". Plusieurs hommes, étonnés, se sont contentés d'observer le spectacle.

La personne en charge du bassin, leur montrant le règlement de la piscine qui interdit le monokini, a demandé aux féministes de se revêtir, ce qu'elles ont refusé. "Si on autorise ça, certains vont arriver sans bonnet de bain, voire sans slip la prochaine fois!", a-t-il dit.

Pour Natacha, "personne ne s'offusque des seins exposés sur les kiosques, qui sont pourtant souvent des images dégradantes, alors qu'au naturel, cela pose problème, et ça entraîne même le déploiement de policiers".

Il s'agissait de la troisième "action piscine" des "Tumultueuses", après celles dans les XIXe et XXe arrondissements parisiens. Lors de ces deux précédentes opérations, il y avait eu une intervention policière, contrairement à cette fois-ci.

Nos dernières videos