Le ministre wallon en charge des aéroports, André Antoine, a dénoncé mercredi ce qu'il qualifie d'agression flamande contre la Wallonie. La commune de Riemst et le gouvernement flamand ont introduit des actions en justice visant à arrêter le développement de l'aéroport de Bierset.

La commune limbourgeoise, proche de l'aéroport, a demandé, en référé, au tribunal de première instance de Liège la cessation de plusieurs opérations qui ont lieu sur le tarmac de Bierset ou des travaux qui doivent y être réalisés, dont les vols de nuit, qui constituent l'une des activités essentielles de l'aéroport, l'utilisation d'un hangar et de la tour de contrôle ainsi que l'allongement de la piste.

Le gouvernement flamand a quant à lui introduit un recours devant la Cour constitutionnelle contre le décret d'autorisation régionale, appelé décret DAR, qui permet au parlement de couler un permis urbanistique dans un décret. Outre le dispositif d'autorisation régionale, le décret incluait quelques projets, dont ceux relatifs à l'aéroport de Bierset.

"C'est une véritable agression politique. La Flandre et son ministre-président Kris Peeters disent à la Wallonie qu'elle doit se développer mais, dans les faits, c'est tout le contraire. Derrière tout ça, il y a de la jalousie à l'égard du développement des aéroports wallons qui connaissent un réel succès", s'est énervé le ministre qui rappelle qu'une bonne partie des emplois à Bierset sont occupés par des Limbourgeois.

M. Antoine invite les Francophones à la vigilance. "C'est une attaque au moins aussi grave que la non-nomination des trois bourgmestres de la périphérie. Nous vivons dans une période de torpeur institutionnelle mais attention que la torpeur ne nous mène pas à la stupeur", a-t-il souligné.

Le recours du gouvernement flamand contre le décret DAR étonne d'autant plus le ministre que le texte wallon s'inspire d'un décret flamand auquel l'exécutif du nord du pays a déjà recouru à trois reprises. "Ce qui est bon pour la Flandre ne semble pas l'être pour la Wallonie", a-t-il regretté.

M. Antoine fait en outre remarquer aux requérants que le gouvernement wallon et l'aéroport ont respecté toutes les procédures de concertation prévues. Selon lui, le gouvernement flamand n'a en revanche jamais pris la peine de s'informer.

Nos dernières videos