LIGUE DES CHAMPIONS - Demi-finales retour

Manchester United, candidat numéro un à sa succession

Manchester United, candidat numéro un à sa succession

(photo Reuters)

DIAPORAMA| Manchester, qui a plié sa demi-finale retour en dix minutes, défendra bien son titre. Et il a envoyé un signal fort à l'autre futur finaliste.

Arsenal - Manchester Utd 1-3 (aller: 0-1)
Arbitre : M. Rosetti.
Cartes jaunes : Nasri, Adebayor, Eboué.
Carte rouge : Fletcher (76e).
Buts : Park (0-1 8e), C. Ronaldo (0-2 11e et 0-3 61e), Van Persie s.p. (1-3 76e).
ARSENAL : Almunia, Sagna, Touré, Djourou, Gibbs (46e Eboue), Fabregas, Song, Nasri, Walcott (63e Bendtner), Van Persie (79e Van Persie), Adebayor.
MANCHESTER UNITED : Van der Sar, O'Shea, Ferdinand, Vidic, Evra (65e Rafael), Fletcher, Carrick, Anderson (63e Giggs), Park, Rooney (66e Berbatov), Cristiano Ronaldo.

Manchester n'est pas une équipe romantique. Hier, les Red Devils n'avaient pas envie de laisser Arsenal s'accrocher à l'espoir d'un miracle. Le club Londonien rêvait de bouter son meilleur ennemi hors de la C1 et de disputer sa deuxième finale de Ligue des Champions, trois ans après sa première. Mais Manchester United, qui a déjà remporté trois fois la plus prestigieuse des compétitions européennes, n'était pas descendu à Londres pour rire. Et il monte en puissance d'une telle façon qu'il faudra un opposant très solide pour l'empêcher de gagner la C1 pour la deuxième année consécutive. D'ailleurs, c'est simple : il n'a pas perdu une seule fois cette saison en Ligue des Champions. Comme Chelsea, d'ailleurs.

Hier, les hommes d'Alex Ferguson ont étouffé tout suspense dans l'oeuf. Après une dizaine de minutes, ils avaient déjà planté deux buts à Almunia. Grâce à un jeu savamment huilé. Grâce, aussi, à des Gunners qui ont signé une entame de match cauchemardesque. C'est le jeune Gibbs, remplaçant de Clichy, blessé, qui glissait au plus mauvais endroit, offrant à Park une occasion en or qu'il ne ratait pas (0-1, 8e). Une erreur qui coûte cher. Et qui montre les limites du pari de la jeunesse fait par Wenger : des onze titulaires d'Arsenal, six avaient 22 ans ou moins, et seulement trois dépassaient les 25 ans. Alors que l'équipe de Ferguson, avec sept joueurs au dessus des 25 printemps, est un parfait mélange de fougue et de maturité.

Trois minutes après ce but d'ouverture, c'est le gardien londonien qui tardait à décoller sur un coup franc pourtant lointain de Ronaldo (0-2, 11e). L'affaire était déjà réglée. Les 60 000 spectateurs de l'Emirates Stadium savaient que cela en était terminé pour leurs favoris.

Van der Sar n'a jamais réellement été inquiété en première mi-temps, à l'inverse d'Almunia, qui devait sortir quelques ballons chauds.

Mieux pour Man-U, au retour des vestiaires, le champion en titre réalisait un modèle de contre, ponctué par un Cristiano Ronaldo qui s'est bien amusé, hier.

Exclu, Fletcher ratera la finale

Seul l'Écossais Daren Fletcher venait gâcher la fête mancunienne, en se faisant exclure à un quart d'heure du terme, pour une faute sur Fabregas dans le rectangle. Van Persie atténuait alors légèrement la douleur des Gunners (1-3, 76e).

Avec cette élimination, le CV d'Arsène Wenger reste à nouveau vierge sur le plan européen. En face, après 99 et 2008, Sir Alex Ferguson mène une nouvelle fois « son » club en finale. Un stade où Manchester n'a jamais perdu. Voilà son futur opposant prévenu.

 

Nos dernières videos