Sarkozy, terroriste de la langue française

Sarkozy, terroriste de la langue française

(photo Belga)

EXTRAITS | Le ton de Nicolas Sarkozy ne fait pas l'unanimité ni sur le fond, ni sur la forme. Le président multiplie les erreurs de langage, se permettant quelques fameuses approximations syntaxiques.

Les professeurs de français de Nicolas Sarkozy ne doivent pas être fiers de leur poulain. Car Sarko a beau être président de la France, il ne devrait pas devenir ambassadeur de la francophonie de sitôt... Et on espère pour lui qu'il n'ambitionne pas d'entrer à l'Académie française.

Sarko manie le français au bazooka, utilise les mots pour frapper les esprits sans se soucier de plaire aux amoureux de la langue de Molière.

A l'occasion de la Semaine de la langue française, le quotidien "Le Parisien" s'est penché sur les dérapages verbaux de Sarko. Et cette fois ce n'est pas "le karcher pour les racailles" ou le "Casse-toi, pauvre con" qui font débat mais la forme des propos lancés par le président lors de discours tout à fait officiels.

Morceaux choisis:

  • " S'il y en a que ça les démange d'augmenter les impôts";
  • "On se demande c'est à quoi ça leur a servi?";
  • "J'écoute, mais je tiens pas compte !";
  • "On commence par les infirmières parce qu'ils sont les plus nombreux";
  • Sarko aime aussi manger les mots, on ne compte plus ses "Ch'ais pas", "ch'uis", "m'enfin", "y a";
  • Et puis le président aime aussi tutoyer à tout va: "Attends, attends !".

Face à ce constat, les linguistes s'interrogent: Sarkozy, brillant avocat dans le civil, s'exprime-t-il vraiment comme un charretier? Beaucoup en doutent et avancent une autre explication: le président s'adapterait à son public. Ainsi, lors d'une visite d'usine, Sarko se lâcherait plus volontiers pour "faire peuple".

Ses erreurs de français désormais mises en exergue vont enrichir les caricatures du président. Mais Sarkozy, premier personnage de l'Etat, ne pourra pas se permettre d'être ridiculisé à l'instar de son pote Hallyday et de son "ah que Johnny aime chanter"... Alors Sarko va-t-il prendre des cours de français ou arrêter de vouloir "faire peuple"?

+ Canteloup caricature déjà le président