Javaux et Demotte, les chouchous

Selon notre sondage, Rudy Demotte et Jean-Michel Javaux sont les politiciens wallons les plus connus et aimés. (photo Belga)

SONDAGE EXCLUSIF (2/6) | Rudy Demotte n'est plus la première personnalité wallonne connue et aimée. Il est désormais devancé par Jean-Michel Javaux.

+ Voir l'infographie

La note moyenne enregistrée par les hommes et femmes politiques est de 52,8 %. Stable par rapport à notre sondage de septembre (52,9 %).

«Globalement, il n’y a pas de sanction du politique. On ne les estime pas moins bons qu’avant la crise», analyse Marc Dumoulin, directeur de Dedicated research.

On assiste à une montée en puissance du bloc cdH. Marie-Dominique Simonet, Catherine Fonck ou Melchior Wathelet montent en popularité et en appréciation. Surprise : au cdH, il y a désormais de la concurrence pour la présidente Milquet.
Dans les personnalités populaires et appréciées, toute une nouvelle génération trouve désormais place. Benoît Lutgen (cdH), Charles Michel (MR), Paul Magnette (PS), par exemple.

Rudy Demotte (PS), première personnalité wallonne connue et aimée lors de notre dernier sondage, est détrôné par Jean-Michel Javaux (Écolo). Lui-même suivi par le nouveau Premier ministre, Herman Van Rompuy.

Tous les présidents de partis sont très connus. Mais Didier Reynders est peu apprécié. Tandis qu’Elio Di Rupo remonte dans l’estime des gens à chaque sondage (quatre hausses consécutives).

+ Prolongez l'info dans Vers l'Avenir, L'Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce mercredi 18 mars

Fiche technique du sondage
Sondage effectué par Dedicated Research par téléphone, du 6 au 9 mars 2009, sur un échantillon strictement représentatif de 600 électeurs de Wallonie provenant de chacune des 5 provinces wallonnes.
La sélection des répondants a été réalisée aléatoirement dans les annuaires téléphoniques, dans le respect des quotas sur les principaux critères sociodémographiques, et répartie de façon représentative entre les provinces de Wallonie.
Il a été tenu compte des personnes qui ne disposent plus que d'un téléphone portable  : 15  % des enquêtes ont été réalisées sur des numéros de GSM.
La marge d'erreur maximale (c'est-à-dire pour des fréquences observées proches de 50  %) est de 4,0  % sur l'échantillon total.
www.dedicated.be