Les comédiens belges, c'est un peu comme les jeunes footballeurs : c'est désormais dans les compétitions étrangères qu'ils se révèlent, l'horizon étant un peu trop bouché pour eux dans leur pays natal. C'est le cas de Catherine Demaiffe, comédienne pétulante de 31 ans qu'on retrouve dans un des rôles principaux de Ligne de feu, une série TF1 en huit épisodes consacré au quotidien héroïque et prosaïque des sapeurs-pompiers. «J'avais clairement l'impression qu'en Belgique j'aurais très peu d'occasions de tourner. Ou alors des tout petits rôles dans de grosses productions françaises.» Elle est donc allée se faire connaître à Paris, n'ayant guère de mal à trouver un agent. Jusque-là, formée à l'IAD, elle avait joué au théâtre et fait partie plusieurs saisons de la Ligue d'impro professionnelle. On l'avait aperçue dans quelques téléfilms et aussi dans un épisode de Septième Ciel Belgique.

En France, d'autres opportunités s'ouvrent à elle. Elle est lauréate du concours de comédiens Talents Cannesen 2006 qui lui offre de tourner avec un réalisateur chevronné. Elle décroche dans le même temps le rôle principal d'un téléfilm en deux parties produit par France 3, Coupable, réalisé par Philippe Monnier et diffusé en octobre 2007. Elle y incarne une jeune policière de Bordeaux, chargée d'enquêter sur la mort de l'épouse d'un médecin. Une intrigue noueuse à souhait où son charme fait forte impression, à en croire les commentaires des internautes. Cette fois, c'est en femme du feu qu'on la retrouve dans cette série signée Marc Angelo. «Oui, même si la préparation fut dure, dans une caserne de vrais pompiers, ce fut ensuite très amusant à tourner. C'était dans la région de Bordeaux, que je commence à vraiment bien connaître». Son personnage se prénomme Alexandra : «une jeune femme qui a perdu la garde de son enfant à la suite d'un incident malheureux et se bat pour le récupérer». Malgré ce choix d'une carrière française, Catherine Demaiffe ne vit pas à Paris : «jamais de la vie. Je préfère habiter à Bruxelles, je suis une "echte Brusseleer". C'est ma ville, c'est là que j'ai ma vie de famille» (elle est maman d'un garçonnet de 11 ans). Désormais rompue aux rôles de femme d'action, elle ne dédaignerait pas un rôle dans une comédie, où son peps et son tempérament facétieux pourraient d'avantage s'exprimer.