Le pétrole recule

La baril a clôturé à 74,89 dollars (photo EdA)

Les cours du pétrole ont amorcé un repli lundi à New York, le marché voulant croire en un assouplissement de la position de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) concernant son niveau de production de brut.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre (nouveau contrat de référence) a cédé 90 cents, clôturant à 74,89 dollars.

Vendredi, le contrat pour livraison en août était monté jusqu'à 76,13 dollars, son plus haut niveau depuis le 9 août 2006. Les analystes interrogés ont rapporté les propos tenus dimanche par le président de l'OPEP et ministre émirati du pétrole, Mohammed al-Hameli, qui s'est déclaré "préoccupé" par les prix élevés actuels du pétrole.

Le marché semble avoir vu dans la déclaration de M. al-Hameli une première allusion discrète au fait que l'organisation aurait assoupli sa position et envisagerait d'augmenter sa production lors de sa prochaine réunion en septembre, ce qu'il a refusé jusque là. Le cartel estimait en effet que le monde était suffisamment approvisionné en brut, et mettait la flambée des prix sur le compte de la spéculation, des problèmes de raffinage aux Etats-Unis, et des tensions géopolitiques.

"Cette déclaration est une première indication laissant penser que l'Opep est prêt à faire quelque chose (pour contrer) la hausse des prix", ont par exemple indiqué les analystes de la maison de courtage Sucden. Dans ce contexte, les investisseurs "ont certainement pris des bénéfices, mais je pense que la situation sous-jacente entre l'offre et la demande n'a pas du tout changé", a pour sa part jugé Bart Melek, analyste de BMO Capital Market. "Je ne crois pas pas que l'Opep va augmenter sa production de beaucoup et nous aurons certainement un déficit significatif (en brut) aux troisième et quatrième trimestres", a poursuivi l'analyste. (Belga)

Nos dernières videos