RDC : l'insécurité monte !

La population congolaise vit dans l'insécurité totale ! (photo Belga)

Le conseil de sécurité de l'ONU est très inquiet face à la situation en République démocratique du Congo. La violence dans l'est ne cesse de monter et il y a urgence à trouver des solutions pour éviter le pire.

+ Bemba dénonce l'absence du gouvernement

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exprimé lundi sa "vive préoccupation" face à la montée de la violence dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Dans une déclaration lue par le président en exercice du Conseil de sécurité, l'ambassadeur chinois Wang Guangya, les quinze membres du Conseil "expriment leur vive préoccupation face à la détérioration de la situation" dans cette région.

Le Conseil de sécurité appelle toutes les parties impliquées "à s'abstenir de toute action conduisant à une confrontation militaire qui pourrait entraîner d'autres tensions et aggraver la crise humanitaire qui sévit dans le Nord et le Sud-Kivu". Le Conseil demande de mettre un terme à la crise actuelle par des moyens politiques et diplomatiques.

Selon l'ONU, quelque 700.000 personnes ont fui leurs villages du Nord et du Sud-Kivu à la suite de la détérioration de la situation sécuritaire dans cette région, théâtre d'attaques de rebelles rwandais, de miliciens locaux et aussi de militaires des brigades "mixées", constituées pour moitié d'ex-soldats insurgés ralliés au général déchu tutsi congolais Laurent Nkunda.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait déjà exprimé vendredi son inquiétude au sujet de la dégradation de la situation sécuritaire dans l'est de la RDC. Mardi dernier, le ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht, avait affirmé à son retour d'une tournée au Rwanda et en RDC qu'il y avait "urgence" à trouver des solutions politiques pour éviter une escalade militaire dans l'est de la RDC où Kinshasa a déjà envoyé des renforts.

Au Nord-Kivu, depuis la fin janvier, plus de 130.000 personnes ont fui des combats entre rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) et militaires congolais des brigades dites "mixées", constituées de soldats réguliers et d'anciens insurgés congolais d'ethnie tutsie. (Belga)




 

Nos dernières videos