sixième étape Seraing-Seraing

Un Lituanien? Non, un Bulgare!

Duel au finish entre le Lituanien Navardauskas et le Bulgare Gabrovski dans l'étape sérésienne. L'expérience du Bulgare a payé.

Au départ de la sélective étape sérésienne, les deux principaux candidats à la victoire finale restaient séparés par un écart de 8''. Autant dire une goutte d'eau au vu des 9 GPM à franchir!

Dans les rangs du Storez-Ledecq, équipe de Gabrovski, on avait visiblement bien préparé son coup en déléguant Henrion puis Devillers (accompagné de Delfosse et Guillou) à l'avant. Echappée mise à la raison dans la côte de la Xhavée (km 103).

«Mes équipiers ont mis le grand braquet dans la descente vers Remouchamps pour me permettre d'attaquer dans les meilleures conditions La Redoute, déclarait Gabrovski (29 ans) à sa descente de podium.

Au sommet de la célèbre côte, je comptais une trentaine de secondes d'avance.»

La voie royale était ouverte pour le Bulgare qui ne cessait de conforter son avance dans les dernières côtes du jour pour signer sa 8e victoire de la saison sur l'Avenue du Centenaire. Une victoire à l'image de celle remportée en juin dernier dans Romsée-Stavelot-Romsée où il reléguait ses premiers poursuivants à près de cinq minutes!

Le Bulgare n'est pas un inconnu au bataillon puisqu'il a défendu les couleurs de 6 équipes pros (avec une 18e place au mondial clm 2004) et comptabilise 11 titres nationaux (4 en ligne et 7clm).

«J'ai rejoint le Storez-Ledecq en juin. Un team bien structuré qui je l'espère, alignera une équipe continentale pro en 2008. Je remercie les dirigeants de leur confiance.»

Delfosse avait de bonnes jambes

De l'étape, derrière l'impérial Gabrovski, sept hommes emmenés par le maillot jaune se dégageaient dans La Redoute pour se disputer les accessits. Du groupe de poursuite, Van der Schuren attaquait dans le final mais ne pouvait résister à un ultime retour du maillot jaune (19 ans), qui confirmait son prometteur potentiel en terminant 2e de l'étape.

Quant à Sébastien Delfosse (prix de la combativité), il expliquait son attaque matinale en compagnie de Devillers et du Français Guillou.

«Je voulais passer dans ma région en tête. Le peloton a bien géré son retard et je dois reconnaître que nous n'avons jamais vraiment cru à la réussite de l'échappée. Au pied de La Redoute, j'étais mal placé et j'ai manqué de peu l'échappée des sept partie derrière Gabrovski. Dommage car j'avais de bonnes jambes.»