juniors Championnats d'Europe

Rico bousculé, ses espoirs ruinés

Le Malmédien Ricardo Longerich visait une médaille. Le comportement antisportif de certains adversaires en a décidé autrement.

Finale du 1500 m, samedi après-midi. Ricardo Longerich est au départ, confiant. La course démarre lentement, ça va se jouer «tactique». L'athlète malmédien se place à l'avant du peloton, attentif en cas d'accélérations. À l'entrée du dernier tour, le rythme s'accélère enfin. «Un Italien place une accélération, en poussant beaucoup. Je m'accroche malgré tout à la deuxième place, jusqu'à l'entrée de la dernière ligne droite. En plein sprint, un Espagnol me tire le bras, puis me pousse sur un Français. Je perds mon rythme, la course est finie.»

La finale la plus lente de l'histoire des championnats (4'01) se termine sous les huées de la tribune. Ricardo se classe 10e.

Avant cette bousculade, les championnats de Ricardo s'étaient passés de manière idéale. Le coureur de Malmedy n'avait pas laissé trop d'énergie dans les séries, qu'il avait gérées de main de maîtr (3'51).

«Comme le peloton était nerveux, je m'étais placé aux avant-postes pendant toute la couse pour contrôler. On avait pu terminer relâchés, car une grosse partie des adversaires n'était plus dans le coup. Quant à l'autre série, elle ne m'avait pas impressionnée.»

Ainsi, à la veille de la finale, il confirmait viser une place sur le podium, au minimum. La suite, vous la connaissez. Finalement, malgré les appels des ligues française et belge, aucune disqualification n'a été octroyée.

Ricardo ne perd pas le moral pour autant. «Je me suis prouvé que j'étais en forme. Maintenant il reste plusieurs courses intéressantes en Belgique pour réaliser de bons chronos.»

Engagée dans les séries du 800 m vendredi, Agnès Laurent n'a pu se qualifier pour la finale. L'athlète de Hautes-Fagnes, dont la série est partie avec 2 heures de retard suite aux intempéries, a terminé avec un chrono de 2'09''41.

«J'espérais faire une meilleure perf', mais je suis satisfaite pour une première expérience. La chasse aux minima m'avait demandé beaucoup d'énergie. Vendredi, le retard m'a déstressée, mais aussi un peu déconcentrée! Je n'ai pas de regrets sur mes championnats, j'ai énormément appris ici.»