Un contre-reportage pro-FaceBook

"FaceBook is watching You": une vision orwellienne de FaceBook, véhiculée par France2 et qui irrite les blogs.

SONDAGE | Le reportage sur FaceBook d’Envoyé Spécial fait réagir fans et blogs. Pour eux, le traitement du docu est alarmiste et élude les avantages du réseau social. France2 leur propose de monter un contre-reportage. Ils s’organisent sur FaceBook. 

Début décembre, France2 diffuse un Envoyé Spécial mordant sur FaceBook, le réseau social numéro 1 du net. Au sommaire : caricature d’utilisatrices ados, gros plan sur les drames de FaceBook (un meurtre en Angleterre, un licenciement sur base de photo…), starification de Mark Zuckerberg, créateur du site, montré comme un géant parano sur sa communication. Et bien entendu, attaque en règle des dangers du site pour la vie privée des utilisateurs. Résultat : un pic de clics monstrueux sur FaceBook, le lendemain de l’émission. Les curieux voulaient tester la première incarnation réelle de Big Brother.


Outré face à cet unanimisme du journaliste de Envoyé Spécial, les blogueurs et les utilisateurs s’organisent. Ils refusent de laisser dire que FaceBook est le moyen le plus facile de se trouver de la drogue ou de dénicher des jeunes filles crédules. Pour ces internautes, comme le blogueur très influent de TechCrunch.fr, FaceBook, c’est aussi un outil de communication formidable, un moyen pour les ONG de mener des campagnes de récolte de fonds. Ou simplement pour Monsieur et Madame Tout-le-Monde, de contacter des amis perdus de vue. Une contre-interview des ados de 14 ans a même été réalisée pour enrayer le flot de moqueries dont ces deux Parisiennes sont victimes depuis la diffusion.

De plus, un groupe FaceBook est né pour tourner un contre-reportage. Le patron de France Télévision leur a même proposé de diffuser ce sujet sur le site web de l’émission. Pour l’instant, ce groupe ne compte que 400 membres, mais demeure aussi un excellent moyen de fédérer les réactions et de stimuler la réflexion sur l’émergence de ces nouveau médias, qui pâtissent souvent de la méconnaissance et de l’approximation du grand-public à leur égard.

Si ce groupe réuni autant de personne que pour un freezing, il pourrait bien geler les ardeurs des opposants au grand livre des visages.

Visionnez «Envoyé Spécial - Planète FaceBook» sur YouTube