division 3 Nationale

Bouffée d'oxygène pour Durnal

Les Yvoiriens n'ont laissé que des miettes (13-1) à des Géronsartois très maladroits sur le tamis. Un bon bol d'air pour les Durnaliens.

Durnal, qui restait sur un maigre un sur six après ses duels à Montroeul et face à Coquiane, n'avait guère le choix, en accueillant, samedi, les promus de Tromcourt et leur capitaine Dimitri Wouez. Les Yvoiriens devaient obligatoirement renouer avec la victoire, au risque de s'enliser définitivement dans les eaux troubles.

Devant une belle chambrée, les Mosans ont parfaitement répondu à l'attente. Au centre des critiques, Raphaël Beaufays rassura rapidement ses équipiers et ses supporters, en fouettant entre les perches sa première balle. Le grand milieu visité apportait ainsi confiance et motivation à ses partenaires.

«Raphaël nous a ainsi placés sur orbite, constate Jacky Godart, le joueur-président. Il obligeait aussi les livreurs adverses à allonger le tir ou à venir taquiner la devanture. Et, comme derrière, mon frère Dimitri a, lui aussi, remis ses balles dans le trapèze, nos invités ne savaient plus très bien où placer leurs envois. Nous avons ainsi pris les Géronsartois à la gorge et ils ont rapidement baissé les bras».

Sur le tamis aussi, les Durnaliens ont commis un minimum d'erreurs. Six livrées hors cadre seulement. Cela change...

«Nous avons joué la lutte parfaite. Nous avons également eu le brin de réussite qui nous faisait défaut ces derniers temps. Dans les petits coups aussi, nous avons fait la différence. Nous avons ainsi empoché quatre des cinq jeux montés à 40 partout. Et les consignes ont été parfaitement respectées. Il fallait juste éviter d'alimenter Dimitri Wouez.»

Si Olivier Gilon fut égal à lui-même, tant au rechas que sur le tamis, les frères Godart ont aussi brillé au contre-rechas. «Mon frère Dimitri retrouve peu à peu son coup de gant. Malheureusement pour nous, il va bien vite retrouver les terrains de football. Comme, au mois d'août, nous jouons souvent deux fois par week-end, nous espérons toutefois pouvoir l'aligner un des deux jours».

Ce succès à trois points permet aux Mosans de revenir à un point de Fayt et à deux de Coquiane. «C'est une bonne bouffée d'oxygène. L'essentiel était de ne pas perdre contact avec la huitième place, que nous devons atteindre au plus vite. Nous préférons ne pas miser sur le forfait de Châtelet, qui entraînerait un descendant de moins.»

Sans âme

On s'attendait à une toute autre réplique des Géronsartois, qui restaient sur un week-end exceptionnel. Mais les Couvinois ont évolué sans âme et le capitaine Dimitri Wouez n'a jamais réussi à réveiller ses équipiers. «À 1-0, nous avons eu l'occasion de renverser la vapeur, mais avons laissé filer deux jeux de 40 partout, sur des erreurs directes. Nous avons multiplié les cadeaux et, sur le tamis, avec 19 livrées fautives, on ne pouvait rivaliser avec les visités.»

Le lendemain, les Fagnards ont cependant retrouvé leur combativité, pour s'imposer sur le fil à Montroeul. Frédéric Legrand remporta pour la cinquième fois son duel sur le tamis avec Noël, pour offrir la victoire aux «Rouges».

Nos dernières videos