coopération

Wallonie-Bolivie : l'eau crée le lien

Philippe Suinen, patron du CGRI, revient de Bolivie. Un accord de coopération de 3 millions d'euros a été bouclé à La Paz, sous le signe... de l'eau.

L a rivière Tolomosa, le lac Titicaca, les glaciers de la Cordillère de La Paz... Entre les institutions Wallonie-Bruxelles et la Bolivie, c'est l'eau, au sens large du terme, qui crée désormais le lien.

«Nos experts Apefe (Association pour la promotion de l'éducation et de la formation à l'étranger) étaient déjà sur place pour lutter contre la maladie de Chagas, un ver qui se transmet lors de la grossesse et qui tue 50 000 personnes par an en Amérique du Sud», raconte Philippe Suinen, Commissaire général aux Relations internationales de la Communauté française et directeur général des Relations extérieures de la Région wallonne. Avec l'ULB, les experts de l'Apefe essaient d'amener les outils de prévention et de lutte contre cette maladie susceptible d'être totalement éradiquée.

Le deuxième pilier de la coopération était aussi constitué de la formation des enseignants en éducation interculturelle bilingue (langues indiennes et espagnol). «Nous, les francophones, signalons au passage que l'anglais ne doit pas forcément être la troisième langue», souligne le patron du CGRI.

Avec cinq projets bien costauds, le secteur de l'eau est désormais le 3e axe de cette coopération. Ainsi, nos contrats de rivière servent de modèles pour gérer les ressources naturelles de la rivière Tolomosa. «Les Boliviens ne comprenaient pas bien le concept de contrat rivière. Alors, ils l'ont appelé "contrat social", ce qui reflète bien la notion de participation liée au principe du contrat de rivière», indique Philippe Suinen. Les défis du réchauffement climatique et le recul des glaciers sont aussi au programme. On a pourtant peu de glaciers en Wallonie. «Par contre, on a des méthodes d'analyse et de gestion reconnues», commente-t-il. Et aussi une certaine maîtrise des technologies : ainsi, l'entreprise Altech, de Waremme, a mis au point des petites unités de potabilisation de l'eau qui devraient pouvoir s'adapter aux zones rurales boliviennes.

Mais c'est aussi de patrimoine que les francophones de Belgique s'occuperont en Bolivie. Sur l'une des îles du lac Titicaca, les communautés villageoises ont mis à jour des pièces de céramique pré-hispaniques. «Un musée a déjà été monté sur place. Mais ils ne sont pas à l'abri de fouilles sauvages. Notre projet est, dans un premier temps, de soutenir la réalisation d'un inventaire des découvertes archéologiques de l'île».

Le montant de ce programme de coopération, qui court jusqu'en 2010, est de 3,1 millions d'euros. Ce qui situe la Bolivie juste derrière des pays prioritaires comme la République démocratique du Congo ou le Maroc.

Nos dernières videos