Deux détenus décèdent d'une overdose à Lantin

Les détenus ont consommé une substance encore inconnue (photo Belga)

La  polémique sur l'infiltration et la consommation de drogue en prison est relancée. Deux détenus ont succombé à une overdose à Lantin. Suite à ces décès, des actions de préventions ont été menées dans l'institut pénitencier.

La drogue est, de tout temps, entrée en prison, a souligné la directrice de la prison de Lantin, Sandrine Dodémont, ce lundi à la suite du décès par overdose de deux détenus de la prison. Des mesures sont prises au sein des établissements pénitentiaires mais le phénomène ne peut pas être enrayé.

Un rapport de l'Union européenne mentionnait d'ailleurs que, en 2003, 51 pc des détenus en Belgique avaient consommé de la drogue; et que 33 pc en consommaient régulièrement. "Tout qui entre en prison est susceptible d'apporter de la drogue", a souligné Mme Dodémont. Si ce sont les visiteurs et les détenus qui rentrent de sortie qui sont principalement visés, la directrice n'écarte pas les membres du personnel et les avocats. Toute personne qui entre dans la prison passe sous un portique. Les bagages sont pour leur part soumis au détecteur de métaux.

Les fouilles corporelles ne sont pas systématiques. Elles ne peuvent être réalisées que par du personnel de police affecté à cette tâche, mais celui-ci n'a pas la possibilité de faire effectuer une génuflexion à la personne contrôlée. Or, il semble que souvent, la drogue soit dissimulée dans des parties intimes. Elle est soit avalée et évacuée aux toilettes de la prison, après le contrôle; soit cachée dans des préservatifs dans l'anus ou le vagin. Des contrôles sont également réalisés par des chiens anti-drogue mais pas systématiquement.

A la suite des décès de ce lundi, la direction de la prison de Lantin a mené une nouvelle action de prévention, tant verbalement que par écrit, à destination des détenus. "Nous ne connaissons pas l'origine des overdoses. Soit il s'agit d'un hasard, soit une substance vraiment très dévastatrice circule dans l'établissement. Nous devons avertir les détenus", a conclu Mme Dodémont. (Belga)

Nos dernières videos