Le cdH prêt à négocier avec Leterme

Joëlle Milquet ne pense pas que le budget soit assez conséquent que pour réaliser la nouvelle réforme fiscale voulue par les libéraux. (photo Belga)

Le cdH est d'avis qu'avec la désignation d'Yves Leterme comme formateur, les négocations sur le programme peuvent enfin commencer. Les centristes disent cependant attendre une note du formateur pour décider d'entrer ou non dans un gouvernement orange bleue.

+ Open Vld : "Mettons-nous vite au travail"
+ Leterme déjà au boulot
+ Il travaillera dans la discrétion
+ Face à ses responsabilités (analyse)
+ Nommé formateur dimanche soir
+ L'Open VLD n'exclut pas l'opposition ?
+ Reynders se voit "Premier bis"
+ Joëlle Milquet veut aller au fond des choses :

Le cdH s'est réuni lundi matin en bureau pour analyser l'actualité politique fédérale du week-end. Le Bureau du cdH s'est mis d'accord lundi sur une "communication" dont la présidente Joëlle Milquet a fait lecture à la presse, dans les deux langues.

"Avec la désignation d'Yves Leterme comme formateur, les négociations sur le programme et la réponse à apporter aux attentes des Belges, ce qui a toujours été la priorité du cdH, peuvent enfin commencer", énoncent les démocrates-humanistes.

"Ce n'est que sur base de la note d'un formateur et dans le cadre des discussions qui s'ensuivront que le cdH pourra décider d'entrer ou non dans un gouvernement orange-bleue. Il sera par ailleurs, comme toujours, d'une extrême vigilance en matière institutionnelle", poursuivent-ils.

Le cdH ajoute que "cette période de formation permettra également d'apprécier la capacité de l'ensemble des partenaires pressentis de créer le climat de confiance mutuelle, de respect réciproque et de détermination à agir pour un programme socio-économique fort".

Inquiétude sur l'état du budget

"Maintenant arrivent vraiment les choses sérieuses", a commenté la présidente du parti, Joëlle Milquet, évoquant la discussion sur le programme et le budget. A cet égard, Milquet a dit nourrir les plus vives inquiétudes. "L'état du Budget est encore plus préoccupant que nous le pensions", a-t-elle dit, parlant de sous-évaluation des coûts pour les intérêts notionnels, et de dépenses de l'ordre d'1,4 milliard qui ne seront sans doute pas compensées par la reprise de fonds de pension ou la vente de bâtiments comme prévu initialement.

"Vous comprenez notre extrême prudence qui n'a rien de psychanalytique", a-t-elle dit au sujet des réticences, prêtées à son parti, d'entrer dans une alliance orange bleue. "Je ne suis pas sûr que le budget soit en capacité de subir une réforme fiscale de 4 ou autres milliards d'euros; nous avons des demandes importantes sur le plan social", a encore dit la présidente du cdH. Les libéraux sont demandeurs d'une nouvelle réforme fiscale.

Sur le plan institutionnel, Joëlle Milquet a indiqué que ce point avait l'objet de "contacts informels" uniquement avec le médiateur. "Il n'y a pas d'accord", a-t-elle précisé. "Ce n'est qu'au terme d'une analyse sur le programme et le budget que nous pourrons dire si nous y allons ou pas", a dit Joëlle Milquet mais "on est bien prêts à s'asseoir autour d'une table pour commencer des négociations". (Belga)

Nos dernières videos