Le cercle germanophone devait essentiellement se concentrer sur le remplacement de Jimmy Maton. Christophe Reip est le tout premier choix.

Il n'a jamais connu la 2e provinciale. L'occasion lui en est donnée. Pourtant, le cadeau est quelque peu empoisonné et il le sait mieux que quiconque. «Il est clair que remplacer Jimmy Maton qui s'était imposé dans la série n'est pas chose aisée mais je vais donner le meilleur de moi-même pour le replacer avantageusement. Il faudra surtout que je m'habitue au niveau et rythme de jeu de la 2e provinciale. Je sais qu'il me faudra un temps d'adaptation pour y parvenir.»

Et les dirigeants d'Eynatten, qui ont suivi de près les performances du Verviétois, seront indulgents. Car pour Christophe, à bientôt 25 ans, l'heure d'un nouveau défi a sonné. Formé à l'Alliance Welkenraedt, l'avant a ensuite transité par les jeunes du FC Eupen avant d'intégrer l'équipe fanion et de connaître un titre en 4e provinciale. Il a ensuite été transféré à Goé où il venait de boucler sa 3e saison. «Je me sentais bien à cet échelon, j'avais beaucoup de connaissances et j'étais devenu un routinier même s'il avait fallu s'adapter au changement de série en passant de la 3E physique à la 3D plus technique.»

Être passé par le FC Eupen est certainement un atout non négligeable pour s'imposer dans une formation germanophone. «Je vais peut-être vous surprendre mais j'adore cette mentalité de battant de la première à la 90e minute. Et puis, chacun se bat pour l'autre, le collectif prime. C'est surtout ce qui m'a marqué durant mon passage là-bas.»

Comme Christophe a été à bonne école, il ne lui reste plus qu'à faire prendre toutes ces bonnes recettes pour s'imposer dans une nouvelle division. «J'ai été surpris d'être sollicité par un club de niveau supérieur. Je pense que je peux encore progresser et que le passage par Eynatten, superbe défi au demeurant, peut justement me permettre de franchir un palier supplémentaire dans ma carrière. J'aimerais avant tout réaliser une saison équilibrée sans gros matches et sans grosses absences. Être le plus constant possible et m'adapter au plus vite et au mieux à la 2C.»

Avant qui sait de faire le dernier grand saut pour atteindre l'élite provinciale. «On n'en est pas encore là. Laissez-moi d'abord prouver en 2e provinciale. Si cela arrivait cela me ferait énormément plaisir. Dans deux ou trois saisons...»

Nos dernières videos