Le salaire, facteur N.1 d'influence des travailleurs

(photo Reuters)

Le salaire reste le premier moteur des travailleurs belges. Par exemple, un employé sur deux est prêt à ne pas changer de boulot en cas d'augmentation.

C'est ce qui ressort d'une étude menée auprès de 1.228 employés de 25 à 45 ans interrogés en ligne par la société de recrutement en ligne Monster et l'université d'Anvers.

Dans le détail, de meilleures conditions financières constituent, pour 43% des personnes interrogées, la meilleure raison de changer d'employeur. Parallèlement, 49% resteraient dans leur entreprise en échange d'un salaire plus élevé.

L'étude classe les travailleurs en 3 catégories: des "très fidèles" - qui représentent 57,5% des sondés, aux personnes qui cherchent activement un nouvel emploi (5,2%) en passant par ceux qui hésitent (37%).

  • Le profil du travailleur fidèle est celui d'un quadragénaire ayant deux à trois emplois différents derrière lui et travaillant depuis 14 ans pour son employeur actuel.
  • Ceux qui hésitent ont plutôt 38 ans, trois à quatre emplois derrière eux et sont depuis 10 ans dans la même boîte.
  • Enfin, les plus actifs à rechercher un nouvel emploi ont en moyenne 36 ans, cinq emplois derrière eux et travaillent depuis 5 ans au même endroit. Il s'agit le plus souvent de femmes provenant de Wallonie ou de Bruxelles.

Il ressort également de l'étude que les travailleurs ayant des enfants sont plus fidèles à leur entreprise que les autres. C'est aux alentours de 40 ans que les travailleurs semblent les plus enclins à changer de travail.

Avec Belga