Saint-Hubert: l’eau est-elle bien responsable?

(photo Reuters)

Depuis l’été, Saint-Hubert est abonnée aux gastro- entérites. L’eau de distribution est montrée du doigt, mais est-elle vraiment responsable?

Fin juillet, suite à plusieurs cas de gastro-entérites persistantes, une doctoresse de Saint-Hubert effectue une analyse de selles. Face aux résultats de ses analyses, elle contacte l’administration communale et demande au chef des travaux si aucun problème n’est survenu au niveau de l’eau de distribution.

Effectivement, les analyses du 24juillet font apparaître la contamination, par des «coliformes», de deux captages qui desservent une grande partie de Saint-Hubert-ville.

Le vendredi 25 juillet en début d’après-midi, en l’absence du bourgmestre Bonmariage, le chef des travaux entreprend le traitement adéquat. Il signale aussi à la doctoresse que le traitement a été réalisé et que les choses devraient rentrer dans l’ordre. Un nouveau prélèvement est effectué le 29juillet: seul un captage reste légèrement positif.

À la même époque, il est reproché aux autorités communales de ne pas avoir informé la population.

Le 22août, lors du conseil communal, le groupe Cap 2006 interpelle la majorité: un débat constructif qui permettra de réviser le règlement communal principalement au niveau des mesures à prendre en cas de récidive, pour informer la population. Toujours lors de ce conseil, une conseillère évoque un parasite à l’origine des gastro-entérites dont souffre une partie de la population borquine. L’échevin Didier Neuvens, vétérinaire, est surpris des termes employés par la conseillère.

Le 11septembre, suite à diverses polémiques, l’administration communale prend contact avec le ministère de la Santé et l’interroge au sujet d’une possible «giardiose», maladie parasitaire provoquant les fameuses gastros virulentes.
Le DrSophie Lokietek, médecin inspecteur d’hygiène, répond à l’administration communale, que si des cas de «giardiose» sont détectés ou suspectés, chacun de ces cas doit être dénoncé par les médecins, comme le précise l’arrêter royal du 1ermars 1971.

Le DrCarine Pierret contacte le ministère, ainsi un médecin hygiéniste de la clinique de Libramont. Soit une poignée de cas. Il est dès lors difficile, pour le DrLokietek, de parler d’«épidémie»!

Néanmoins, la commune s’inquiète: la maladie est-elle provoquée par les bactéries de l’eau de distribution? Vecteurs du parasite du Giardia lamblia: l’eau contaminée, où l’on nage, que l’on boit, avec laquelle on cuisine ou se lave.

Pour le ministère de la Santé, il est toutefois peu probable que le parasite provienne de l’eau de distribution car il ne peut survivre que dans une eau totalement impropre. Ce qui ne semble pas être le cas à Saint-Hubert.

Qu’à cela ne tienne: la Ville de Saint-Hubert a dû dénicher un laboratoire spécialisé. Résultats dans un mois.

Liliane THOMAS

+ Prolongez votre information dans l'Avenir du Luxembourg de ce mercredi 8 octobre