Le cirque de la F1 chez Mickey?

Avec un GP chez Disney, la F1 sera forcément plus riche. Mais sera-t-elle plus crédible? (photo Reuters)

Ecclestone veut déménager le GP de France de Magny-Cours.Disney vient de publier les plans d’un circuit à Disneyland Paris.

Le circuit de Magny-Cours est fade. Aceptisé. Son dessin en forme de serpent qui se mange la queue, ramassé sur lui-même, résulte d'un terrain initial trop peu étendu. A un point tel qu'il a fallu racheter de l'espace pour construire stands et parkings.

C'est le président François Mitterrand, ancien député nivernais, qui a poussé sa construction en 1988 sur les bases de l'ancien circuit Jean Bhera. Dans la Nièvre donc. Perdu au milieu de la campagne nivernaise. Au milieu de nulle part. Quand elles y débarquent en juillet, pour le Grand Prix de France qui s'y tient depuis 1991, les écuries de Formule1 logent chez l'habitant tant les hôtels sont éloignés du tracé.

Un circuit trop Nièvre

Pas très glamour. Surtout pour les stars du paddock, habituées des yachts de Monaco, des parcs de Melbourne ou Montreal, des rues illuminées de Singapour ou des palaces barheïniens. Alors Bernie en a marre. Si le caractère du circuit valaient ceux de Francorchamps, Silverstone ou Monza, peut-être le grand patron de la Formule1 montrerait-il quelqu'indulgence... Encore que le grand huit de Suzuka ne l'a pas empêché de déménager le Grand-Prix du Japon à Fuji.

Hélas pour la Nièvre, Magny-Cours est aussi lisse que son bitume, l'un des moins abrasifs du championnat. Bernie pousse donc pour que les installations du circuits soient modernisées. Agrandies aux standards actuels des circuits chinois ou malais, avec le gigantisme qui caractérise la F1 moderne. Sinon, Bernie s'en ira ailleurs.

Et ailleurs, ce pourrait bien être à Disneyland Paris. Le groupe Lagardère et la société Euro Disney ont en effet élaboré un projet de circuit pour embarquer les F1 à deux tours de roues du Space Moutain. Le plan de ce circuit vient d'être publié sur le site internet du Syndicat d'agglomération nouvelle du Val-d'Europe, une espèce d'intercommunale française chargée d'assurer le développement du pôle économique et urbain articulé autour de Disneyland, à Marne-la-Vallée, à l'est de Paris. Disney ne soutient pas l'idée financièrement, mais l'appuie en mettant à disposition le terrain nécessaire à l'érection du circuit.

Le grand méchant Bernie choisira

Ce projet de "Grand Prix de Disneyland" ferait vrombir les V8 de F1 sur une portion de voies publiques à réamménager et sur de nouvelles routes en projet. Le tracé serait donc un tracé occasionnel, car les communautés riveraines s'opposent à tout circuit permanent, nuisible au niveau sonore et écologique. C'est d'ailleurs pour cela qu'un projet de circuit urbain, installé au centre même de Paris, a été abandonné. Malgré la préférence d'Ecclestone, qui tente par ailleurs d'accrocher Moscou à son palmarès, après Valence et Singapour cette saison.

Outre ce projet Disney, le Val d'Oise et les Yvelines se sont portées candidates à l'organisation du Grand Prix de France après 2009. Tout comme Magny-Cours, qui va investir 30 millions €. Ce 15 octobre, la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) entérinera la liste de projets retenus pour l'organisation du Grand Prix de France 2010. A Bernie reviendra le dernier mot. On imagine d'ici Cendrillon, Pocahontas, Blanche Neige, la Petite Sirène et Mary Poppins indiquer, en grid girls, les positions de Kimi, Lewis, Felipe et Fernando sur la grille de départ.

Julien RENSONNET