Les Bourses européennes toujours hésitantes

(photo Reuters)

MISE A JOUR  13h40 | Après une ouverture en hausse, les Bourses européennes repartent en baisse confirmant la tendance de la veille. Dexia chute de 6% à 13h40. La cotation de Fortis ne reprendrait sans doute pas cet après-midi.

Après une ouverture en hausse, les Bourses européennes sont hésitantes et partent en baisse. En rebondissant de 3,71 et 3,81 pc mardi peu après l'ouverture, Dexia et KBC permettaient au BEL 20 de regagner jusqu'à 2,16 pc, alors qu'on attendait la reprise des cotations en Fortis pour le début d'après-midi. L'optimisme fut cependant de courte durée puisque vers onze heures on enregistrait un recul de 1,3 pc du BEL 20 à 2.532 points parallèlement à des plongeons de 8,3 pc en Dexia (6,17) et 5,9 pc en KBC (53,30). A 13h30, Dexia chutait à 6,32%.

Les autres pertes étaient plus modérées mais Delhaize (40,56) chutait de 2,8 pc en compagnie de Solvay (80,68) et Umicore (17,81) qui se dépréciaient de 2 et 2,1 pc. Colruyt (173,97) et UCB (23,51) étaient positives de 0,8 et 1,2 pc.
L'euro s'inscrivait à 1,3573 USD dans la matinée de mardi, contre 1,3538 USD la veille vers 16H30.

Le CAC 40 abandonnant 0,20% à 3.704,38 points, le Dax  affichait une baisse de 1,48%. Les deux premières banques allemandes chutaient à la même heure, Commerzbank glissant de 18% à 9,76 euros et Deutsche Bank de 15,1% à 40,61 euros.

La Bourse de Londres est repassée dans le rouge vers 08H15 GMT, l'indice Footsie-100 cédant jusqu'à 1,56% à 4.517,47 points, après avoir ouvert en hausse de 1,50%. Les valeurs bancaires s'effondraient, Royal Bank of Scotland, deuxième banque britannique, cédant plus de 30%, dans un marché où toutes les principales banques hormis HSBC étaient en recul.

La tendance s'est également inversée mardi en milieu de matinée à la Bourse de Milan, l'indice vedette SP/Mib passant dans le rouge et lâchant 2,06% à 23.286 points, vers 08H30 GMT alors qu'il avait ouvert en hausse de 2,3%. Lundi, la Bourse italienne a clôturé sur une chute historique de 8,24%.

Les banques allemandes souffraient de nouveau de la panique des marchés boursiers sur l'ampleur de la crise du secteur bancaire en Europe et les rumeurs visant des établissements britanniques. Deutsche Bank a décliné tout commentaire alors que les rumeurs lui prêtent l'intention de procéder en urgence à une augmentation de capital. Une source financière a assuré que ces spéculations étaient "absolument infondées".

Cotation de Fortis toujours suspendue

Quant à Fortis, un communiqué, détaillant les accords pris le week-end dernier, était attendu aux alentours de midi, devant permettre une reprise de la cotation de l'action Fortis. Mais, seulement en début d'après-midi, Fortis attendait encore des éléments précis qui doivent de permettre au marché d'évaluer l'action "en toute connaissance de cause". La cotation ne devrait pas reprendre aujourd'hui.

Les analystes tablent sur une baisse de l'action dès les premiers échanges. Ils estiment la valeur de l'action entre 3,5 et 4 euros, sur laquelle une décote de 30 à 40% et inhérente aux holdings doit être appliquée. Par ailleurs, les actionnaires peuvent compter sur une partie d'une éventuelle plus-value que le gouvernement belge devrait comptabiliser sur son investissement en BNP Paribas, a indiqué le Premier Leterme hier lundi.

Avec Belga