Jean-Luc Dehaene aux commandes de Dexia

(photo Belga)

VIDEO | C'est l'annonce surprise de cette nuit. Après 4h de négociations, le gouvernement a décidé de proposer Jean-Luc Dehaene à la présidence du groupe Dexia. Le Français Pierre Mariani, un proche de Nicolas Sarkozy, sera le nouveau au poste d'administrateur-délégué.

Jean-Luc Dehaene est ainsi appelé à remplacer Pierre Richard à la présidence du conseil d'administration du groupe franco-belge. Yves Leterme a souligné que l'ancien premier ministre était "très motivé" à l'idée de prendre ce poste à la tête de la banque franco-belge, spécialisée dans le financement des collectivités locales.

"Jean-Luc Dehaene a été bourgmestre d'une ville (Vilvorde, ndlr) et connaît donc bien la holding communale", a relevé M. Leterme, qui souligne aussi l'expérience de M. Dehaene dans les grands groupes internationaux, ainsi que les nombreux contacts dont il dispose. M. Dehaene est "fier et content" de ce nouveau poste, et pas seulement parce que Dexia s'affiche sur le maillot des joueurs du Club de Bruges, dont il est un ardent supporteur, a ajouté Yves Leterme en boutade.

Imposé par l'Elysée?

Quant au candidat à la succession d'Axel Miller au poste d'administrateur-délégué (CEO) du groupe Dexia, Pierre Mariani, 52 ans, il est un ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget au début des années 90. Il devint en 1995 directeur général de la Société Française d'investissements immobiliers et de gestion (SEFIMEG) et fut ensuite directeur général et membre du directoire (en 1996) puis président du directoire de Banexi, la banque d'affaires du groupe BNP, avant d'assumer la direction de la division services financiers et banque de détail à l'international chez BNP Paribas.

Pierre Mariani et Jean-Luc Dehaene sont, selon Yves Leterme, deux personnalités de choix "à la hauteur de la tâche" qui les attend. "Pour le marché, c'est un signe fort de confiance", a-t-il estimé. Pour le ministre des Finances Didier Reynders, les deux hommes présentent toutes les qualités pour réaliser la restructuration et l'accompagnement des actionnaires.

Le gouvernement belge a demandé que les instances de Dexia se réunissent ce mardi afin que MM. Mariani et Dehaene soient opérationnels dès ce jour. Interrogé sur l'éventualité d'un démantèlement de Dexia évoqué lundi par les autorités luxembourgeoises, M. Reynders a précisé qu'il convient de laisser le choix aux actionnaires belges et français de débattre à ce sujet, rejoignant ce qu'avait également indiqué la présidence française. "Personne ne doute des perspectives d'avenir du groupe Dexia, mais le gouvernement est prêt à prendre ses responsabilités pour l'aider", a précisé Yves Leterme. Il interviendra si la situation le demande, a-t-il ajouté.

Avec Belga