COUPE DE BELGIQUE DAMES 16 ES DE FINALE

Peu de points de repère

Premier match officiel pour le Novia Namur en proie à quelques soucis physiques. À Sombreffe, qui n'a pas encore trouvé le bon régime.

Les Namuroises reprennent la compétition par l'angle de la coupe de Belgique. Les matches de préparation se sont succédé à un rythme soutenu depuis plus d'un mois maintenant et si Didier Prinsen peut mesurer l'état d'avancement des travaux, il doit déplorer plusieurs blessures bien embêtantes. Charlotte Ippersiel est victime d'une fracture de fatigue, Simona Nicolae traîne une déchirure au mollet et Ellen Lauwers s'est occasioné une entorse ce dimanche. Par contre, Céline Werpin a repris l'entraînement.

«Nous sommes dans l'expectative, confie le coach du Novia, Didier Prinsen. Nous allons rassembler les forces vives, en tenant compte de l'état de fraîcheur de chacune et compléter le noyau par des cadettes. Face à Sombreffe, nous devons aborder la partie sérieusement. Ce n'est pas que nous redoutons ce match mais il faudra faire attention dès le début de la partie. Si les filles partent concentrées, la confiance suivra. Je pense qu'il ne faut pas se baser sur la prestation que cette équipe vient de sortir à Loyers tant un duel entre ces deux-là est entouré de considérations particulières.»

En effet, les Sombreffoises sont passées à côté de leur sujet, dimanche après-midi (58-51), ce qui n'étonne pas outre mesure le coach Jean Géhu. «Nous récoltons ce que nous semons à l'entraînement. Nous commençons la rencontre avec deux paniers ratés par une fille d'expérience. Ce début conditionne tout le reste.» Le moral semblait déjà en avoir pris un coup. «Mes joueuses ont été incapables de contrôler leurs "un contre un" et nous n'avons pas su jouer sur la zone. Sans parler de la réussite adverse et notamment celle de Charlier à trois points. C'est toujours comme cela quand je joue contre Jacobs : ses filles sont comme sur un nuage. N'empêche, je maintiens que j'ai un gros potentiel dans l'équipe mais que les filles n'exploitent même pas à moitié», ajoute Jean Géhu qui disposera d'un viatique de cinq points dû à la division d'écart mais sera toujours privé de Delphine Hoornaert blessée. Pourtant Jessica Cuvelier, Hasna Bouaanani, Christelle Decoux et la Française Cynthia Culit ont des arguments à développer devant une formation de l'élite. Mais elles doivent coordonner davantage leurs atouts. Loyers leur en a fait la démonstration «et si on joue comme dimanche, on se prendra une grosse calotte, précise encore Jean Géhu. Ça tomberait mal avant d'aborder Ganshoren, Natoye et Montegnée» en championnat : copieux programme effectivement.