PROVINCIALE 3D

«Faire la part belle aux jeunes»

Marcel Drösch, le nouvel entraîneur d'Emmels veut intégrer les jeunes du club pour sa 1 re expérience à la tête d'équipe première.

C'est à 8 ans que Marcel Drösch débute sa carrière de footballeur à Rocherath. Il y débutera en équipe fanion à l'âge de 16 ans et y restera jusqu'à la saison 92-93 ponctuée par une montée en 2e provinciale. Après une saison à Honsfeld, il prend la direction d'Amblève.

«C'est à l'époque que j'ai débuté mon métier d'indépendant, raconte le nouveau coach d'Emmels. Je suis allé jouer en réserve à Amblève et je me suis même occupé de l'équipe pendant 4 ans. Nous avons été 4 fois champions et c'est à l'époque que j'ai eu envie de débuter les cours d'entraîneur.»

Marcel Drösch devient alors l'adjoint d'Harald Heinen puis de Christian Baratte et s'occupe également des juniors puis des cadets, la saison dernière.

Cela fait déjà quelque temps qu'Emmels voulait l'attirer au club mais les premières tentatives étaient restées vaines.

«Le Président m'avait déjà contacté il y a 3 ans mais j'avais déjà accepté de poursuivre en tant que T2 à Amblève. L'an dernier, Éric Richter m'avait proposé de devenir son adjoint mais j'étais finalement resté près de chez moi. Durant l'hiver, j'ai discuté avec le Président Roland Schmitz et j'ai finalement accepté le challenge.»

Un beau challenge à relever mais la tâche de Marcel Drösch n'est pourtant pas aisée. L'équipe avait perdu quelques éléments importants et il fallait reconstruire.

«C'est vrai que nous avons perdu des joueurs comme Richter ou Vögel, l'équipe était devenue un peu trop chère pour le budget du club. Pour les remplacer, nous avons choisi deux ou trois jeunes de la région avec une bonne mentalité. Je prendrai l'exemple de Markus Miessen qui était bloqué par des Brasseur, Jost ou Bouassam à Honsfeld mais dont l'entraîneur m'avait dit le plus grand bien. J'aimerais finir dans les 7 premiers mais l'objectif est d'éviter la descente tout en donnant leur chance aux jeunes du club. Il faut construire pour l'avenir afin de les préparer pour le moment où les plus anciens arrêteront. Pour y parvenir, il faudra un peu de chance afin d'éviter les blessures ou les suspensions car il est impossible de jouer avec 11 jeunes.»