Les joujous de Coralie

(Clarisse Canteloube)

«Toystore», le troisième album de Coralie Clément est écrit, coposé et produit par son frère Benjamin Biolay. Elle y chante en français, en anglais et en italien.

On lui en voudrait presque d'avoir un frère aussi talentueux qui lui a fait trois albums magnifiques sur mesure et clé-sur-porte. Mais voilà, comme elle est belle, gentille comme tout et qu'elle aussi elle a du talent, on lui pardonne.

Il y a plein de petits sons rigolos sur l'album, c'est quoi?

C'était l'idée d'utiliser des instruments qu'on n'a pas l'habitude d'utiliser et qu'on n'entend pas très souvent. C'est pour ça qu'on a utilisé des instruments d'enfants : du ukulélé, mais aussi du xylophone, de la flûte à bec, ce genre de chose. C'est le paradoxe de cet album les musiques fraîches, latines et bizarres avec des textes très français et parfois durs.

Le premier album était plutôt latin avec de la bossa, le deuxième plus rock, là c'est encore différent...

C'est l'avantage de travailler avec Benjamin, il peut tout faire. Et moi je m'amuse, ça me permet de toucher à plein de choses.

Sur l'album il y a votre frère, votre amoureux (bassiste de Nada Surf), votre belle-soeur Chiara Mastoriani, c'est une petite entreprise familiale...

J'ai besoin de me sentir en sécurité et très proche des gens avec lesquels je travaille. Ils sont capables de dire si ce n'est pas bien. C'est comme ça que j'aime bien travailler.

Et le duo avec Étienne Daho, ça s'est fait comment?

Je l'ai appelé un jour pour lui demander de chanter avec moi. C'était difficile parce qu'il avait fait pas mal de duos et il ne savait pas si c'était une bonne idée. Finalement on s'est découverts. C'est devenu quelqu'un de très important pour moi, on est très amis. Je lui ai fait écouter mon album et il a dit je veux chanter sur cette chanson-là. Ca s'est fait très naturellement. On se connaissait à peine avant et depuis on est devenus vraiment très très amis. On part en vacances ensemble, etc. C'est quelqu'un qui est très important pour moi.

Et le cinéma, ça vous tente?

Le cinéma oui, j'adorerais. Je serai dans un film en septembre l'an prochain pour la toute première fois. C'est ce que je voulais faire depuis le début. Chanter, je n'y avais pas vraiment pensé. Ça a été un hasard.

Par hasard?

Benjamin avait composé des chansons. J'avais juste aidé à faire des maquettes. Je ne sais pas qui c'était. Apparemment, c'était Jane Birkin, mais moi je ne l'ai jamais su. J'ai chanté les chansons. Un directeur artistique a dit «Ok je vais signer les chansons, mais avec cette chanteuse-là». Benjamin a dit «C'est pas possible, c'est ma petite soeur» et finalement...

Ça devait être fort musical la maison quand vous étiez petits...

Oui. Mon père est clarinettiste et mélomane. Ma mère écoute beaucoup de musique. Je n'ai pas énormément de souvenirs d'enfance mais j'ai le souvenir très clair d'une maison remplie de musique. Ma soeur qui travaillait sa flûte traversière... il y avait de la musique tout le temps. Pour mon frère et ma soeur c'était évident. Pour moi ça l'était moins parce que je n'étais pas très académique. C'est pas quelque chose qui me faisait vraiment marrer de travailler mon violon quatre heures par jour, j'avais décidé de faire complètement autre chose, mais ça m'a rattrapé. Et heureusement parce que je pense que ça me manquerait vraiment.