L'image  Catherine Duriau  ... à l'appui!

Catherine Duriau débarque à la télévision, elle qui était bien tranquille derrière le micro de Bel RTL. C'est l'occasion pour l'émission d'étrenner son nouveau décor.

Depuis dix ans, Catherine Duriau est la voix que vous entendez sur Bel RTL les vendredis, samedis et dimanche. Ce soir, vous découvrirez son visage : quelques taches de rousseur, un regard vif et une flamboyante chevelure à la Mylène Farmer. Après la brune Vanessa Boularès, partie en janvier, la blonde Caroline Fontenoy, partie au JT, Catherine Duriau sera la 3e journaliste à présenter Images à l'appui.

Catherine Duriau est passée à la télévision malgré elle. «Je n'ai jamais voulu faire de la télévision. J'ai été très étonnée que Stéphane Rosenblatt me propose un casting.» Elle s'y est présentée plutôt relax : «Je ne pensais pas être prise. Quand Stéphane Rosenblatt m'a dit que son choix s'était porté sur moi, j'ai dit "Ah bon!?"»

La télévision est un grand changement dans sa vie... Mais le plus grand bouleversement s'appelle Lila. Catherine et son compagnon, Grégory Willoq ont été ensemble en Chine chercher leur petite fille dans un orphelinat. La journaliste a les yeux qui pétillent quand elle parle de la petite fille de 21 mois. Son congé d'adoption prendra fin en novembre, et marquera son retour en radio.

C'est donc à la télévision qu'elle remet les pieds en premier. Répondant jusqu'aux questions un peu «délicates» des journalistes, comme qui, de Vanessa ou de Caroline, elle préfère : «Je trouve Caroline Fontenoy plus spontanée dans sa manière d'aborder la caméra. Elle est plus vive et plus directe. Mais je ne sais pas si j'apporterai réellement "ma griffe" à l'émission.» Elle défend aussi Images à l'appui quand on utilise l'adjectif «racoleur» pour la qualifier : «Ça traite de tout. C'est un magazine de société, qui traite de sujets qui touchent à la vie. Je me suis souvent dit : «J'aurais pu faire appel à Images à l'appui. Quand j'ai eu des voisins qui entreposaient des immondices dans leur jardin, ou qu'un hôtelier n'a jamais voulu nous rembourser des vacances annulées à cause d'une grève.»

En présentant Images à l'appui Catherine Duriau devient le visage du dernier recours pour certaines personnes. «Même si ce n'est pas le but de l'émission, un tiers des cas sont résolus après l'émission.»