Brainlab rejette toute responsabilité

Un responsable fait état d'un écart encore plus important que lors des erreurs commises en France. (photo Belga)

La société Brainlab réagit aux problèmes rencontrés avec un appareil de traitement par rayons à l'hôpital universitaire de Gand. Un responsable parle de "manquement dans la manière dont le matériel a été installé".

+ Décès suspects à l'hôptal de Gand

Selon le directeur général du département oncologie de Brainlab, Jean Hooks, l'hôpital de Gand a utilisé le matériel de Brainlab en combinaison avec un logiciel Philips et des appareils d'un troisième fournisseur. Il y aurait eu des écarts "inacceptables" pendant le rayonnement des tumeurs cérébrales.

Jean Hooks fait état d'un écart de 1,3 centimètre. "Abstraction faite de celui qui a livré (l'appareil), il y a clairement eu un manquement dans la manière dont le matériel a été installé dans l'hôpital. Ils avaient remarqué un écart de plus d'un centimètre pendant la phase de test".

Une troisième société, Elekta, aurait fourni le casque via lequel les rayons sont effectués. Le logiciel qui calcule l'endroit précis de rayonnement proviendrait d'un autre fournisseur, vraisemblablement Philips.

Brainlab revient également sur les problèmes rencontrés dans d'autres pays, comme en France, où des écarts d'environ 1 mm s'étaient produits en raison d'une incompatibilité entre le matériel et le logiciel. "En France, il s'agissait de nos propres matériels et logiciels et nous avons pris des mesures", a expliqué Jean Hooks. (Belga)

Nos dernières videos